Aller au contenu

Témoignage de Gabrielle sur sa guérison de la boulimie (suite)

Voici un nouveau témoignage de Gabrielle, qu’elle m’a envoyée quelques mois après le premier. Elle y partage ses doutes et ses nouveaux progrès dans sa guérison de la boulimie. Je suis sûre que certaines parties vous parleront.

 

Gabrielle et ses nouveaux progrès dans la guérison de la boulimie

 

Je vous partage ici le mail que m’a envoyé Gabrielle pour m’annoncer son nouveau témoignage avec ses doutes, et ses progrès. Il s’agit de la suite de son premier témoignage. Si vous ne l’avez pas encore lu, cliquez ici : Témoignage de Gabrielle, qui commence vraiment à guérir de la boulimie.

 

 » Chère Magali,

Je me permets de t’envoyer ce mail pour m’excuser et te remercier à la fois. M’excuser car, lorsque j’ai participé à ton concours de témoignages, je n’ai pas été très honnête … ni avec toi, ni avec moi-même d’ailleurs. J’étais sincèrement convaincue de ce que j’ai dit: je pensais progresser en appliquant certaines de tes clés, je pensais avoir trouvé ma « voie de la guérison ».

Or j’ai réalisé plus tard que je me berçais d’illusion. J’utilisais effectivement tes clés, j’essayais de relativiser mes échecs et surtout de me valoriser… mais je me rends compte maintenant que j’étais trop irrégulière et que cela me permettait inconsciemment de ne pas vraiment me sortir de cette maladie « doudou ». Je dis « doudou » dans le sens où elle nous sert de refuge, d’alliée pour nous apaiser comme le ferait un câlin avec notre peluche préférée.

Si je t’écris tout ça maintenant, c’est parce que je peux enfin te remercier, cette fois pour de bon ^^. Je crois avoir réalisé un travail psychologique que je n’aurais pas imaginé auparavant. Je goûte enfin les plaisirs de la vie et bon sang, j’ai envie de vivre. Même si je vis encore un enfer à la maison, même si mes crises de boulimie n’ont pas diminué, je n’ai jamais été aussi vivante.

 

témoignage sur la boulimie

 

J’apprends à m’aimer, grâce à ces petites phrases valorisantes que tu conseilles de se répéter. Je n’accepte pas encore mon corps (j’ai pris 10 kilos donc je ne reconnais pas encore vraiment ce corps), mais je m’aime en tant que personne. Je me reconnais des qualités et me donne de la valeur. D’ailleurs j’ai enfin repris le sport et y prends goût, preuve que je me reprends en main.

De plus, je relativise à un point qui me rend encore plus fière de moi. Auparavant les crises de boulimie étaient suivies de dépressions, de dégoût de la vie. A présent, je ne vais pas dire que je suis fière de ces crises, mais elles sont suivies d’une plus grande rage de m’en sortir. Je ne me morfonds pas, je ne déprime pas seule dans mon coin, je déculpabilise. C’est ce que tu nous invites à faire notamment en cessant d’être perfectionniste. On se rend vite compte qu’avec la boulimie, le schéma « tout ou rien » que l’on a intériorisé ne fonctionne pas. Les crises ne peuvent pas cesser du jour au lendemain,
pourtant si on ne fait rien, on n’avance pas.

Au quotidien, je me surprends à relativiser sur beaucoup de choses, ou bien à étudier les choses positives que je tire d’échecs, en particulier après une crise. De plus, je me fais plaisir lorsque je mange. Je m’autorise un dessert, quelques biscuits, de temps en temps un verre de vin… Ces écarts je les relativise. 

Une autre chose que je pense fondamentale dans tes conseils: sortir de sa zone de confort. Là encore, j’y travaille. Ce n’est pas facile, mais je suis ta méthode des « petits pas » ^^. En ne changeant pas de trottoirs quand je vais croiser des personnes qui m’intimident. En étant un peu plus détendue quand je dois prendre la parole devant mes nouveaux camarades à la fac. Je m’autorise plus de sorties, alors
qu’avant je les fuyais presque car je ne m’y sentais pas à l’aise. Je fais des choses en travaillant sur le regard des autres, pour tenter de ne pas y faire attention.

Pour ce qui est de l’expression des émotions, le regard nouveau que je porte sur la vie me pousse forcément à plus m’interroger sur ce que je ressens. Puisque je suis plus souvent émerveillée, il m’est beaucoup moins pénible d’être à l’écoute de ce que je ressens puisqu’au contraire un sentiment positif en appelle un autre et finalement on augmente son bien-être. Lorsque l’on est heureux, le fait d’en prendre conscience nous rend encore plus heureux parce qu’on mesure la chance que l’on a à ce moment-là.

Enfin, il y’a une autre de tes clés qui m’a interpelé et que je dois encore travailler mais je pense être sur la bonne voie. C’est le fait d’être acteur de sa vie. C’est quelque chose qui n’est pas facile pour moi, je sais par exemple que je ne peux pas me permettre d’avoir un appartement pour moi (je n’ai que 19 ans) donc que je vais devoir encore un peu supporter les méchancetés de ma soeur (c’est presque du harcèlement en fait). Mais j’ai aussi compris qu’être acteur ce n’est pas forcément changer l’environnement, c’est se changer soi pour modifier son rapport à l’environnement. Et le meilleur moyen d’être acteur de ma vie c’est de prendre confiance en moi. Ce que je travaille grâce à des vidéos de développement personnel.

 

témoignage boulimie gabrielle

 

Pour être encore plus dans la lancée, j’ai décidé d’assister bientôt à une conférence tenue par le petit fils de Gandhi qui vient à Paris entouré de coach de développement personnel. Pour la première fois de ma vie, j’ai la sensation de décider! Je décide de m’améliorer, je décide de changer, et pour ça je sème des petits cailloux.

Pour toutes ces progressions, qui ne demandent qu’à encore croître, je te remercie. Tu es une source d’espoir pour moi. C’est en lisant des articles sur internet que j’ai mesuré à quel point j’étais tombé la tête le première dans la boulimie, mais c’est en lisant ton blog que j’ai réalisé qu’en levant la tête je pouvais m’en sortir.

A ta façon tu as sublimé la boulimie, car tu as transformé ton mal être profond et destructeur en une force bien plus grande puisqu’elle est le moteur de nombreuses lectrices. Continue à semer les graines de la guérison dans nos jardins intérieurs, celles d’entre nous qui en ont la force verront en elles pousser des fleurs.

Avec toute mon affection,
Gabrielle
Autres témoignages qui peuvent vous intéresser :

Boulimie : témoignage de Cécile et ses beaux progrès dans la guérison

Témoignage de Pauline, qui a connu l’anorexie et la boulimie depuis ses 15 ans

Témoignage de Solange, dont la guérison de la boulimie lui a changé sa vie

COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés