Aller au contenu

Pourquoi et comment LACHER PRISE pour diminuer les crises de BOULIMIE ?



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


 
 

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du lâcher-prise. Oui ça sonne bien, mais qu’est-ce que c’est au fond? Pourquoi cela aide-t-il à guérir de la boulimie et comment l’appliquer? Nous allons voir tout cela dans cet article.

 
 

Qu’est-ce que signifie le lâcher prise?

 

En fait si on décortique le terme, c’est pas si compliqué à comprendre. Il y a le mot « prise », qui correspond au besoin de contrôler, et le mot « lâcher » qui correspond au fait de céder, de laisser aller, de laisse faire.

Le lâcher prise signifie en fait de cesser de vouloir à tout prix tout contrôler et d’accepter les choses telles quelles ont été, telles qu’elles sont et telles qu’elles vont être.

Prenons un exemple concret. Je vais vous donner un exemple que j’ai beaucoup travaillé personnellement et qui vous sera probablement très utile. Il s’agit des relations amoureuses et de la jalousie.

Avant, lorsque j’étais avec quelqu’un, j’avais tout le temps peur que la personne me quitte, m’abandonne. Du coup, même si je ne le montrais pas beaucoup, j’avais parfois des sentiments de jalousie et de peur, même avec les personnes en qui je faisais entièrement confiance. En fait, j’avais peur qu’elles ne veuillent plus de moi, qu’elles rencontrent une autre personne plus intéressante ou qu’elles me trompent. Du coup, je faisais mon maximum pour être appréciée par la personne avec qui j’étais, pour être le plus possible avec elle. Tout ça pour me rassurer et pouvoir me dire qu’elle était encore là. Je n’avais pas particulièrement de comportement de jalousie, mais au fond de moi j’avais très peur.

J’ai alors décidé de faire un travail à ce sujet car cela me faisait beaucoup souffrir. J’ai donc appris à utiliser le lâcher prise. J’ai appris à m’ancrer dans la tête que si la personne devait me quitter, trouvait une autre personne ou autre, c’est qu’on était pas faits pour être ensemble. Et ça je me le dis systématiquement. Bien sûr, j’ai fait également un travail thérapeutique sur moi-même, ce qui m’a beaucoup aidée à lâcher prise. Mais à partir du moment où j’ai commencé à me répéter cette phrase, j’ai appris à me sentir beaucoup plus libre et à avoir moins peur. J’ai alors compris que je ne pouvais pas contrôler les sentiments de l’autre. Que je pouvais faire certaines choses, mais que d’autres choses ne sont pas à ma portée. C’est un peu comme si je laissais place au destin et au fait que tout ce qui m’est arrivé devait m’arriver et tout ce qui va m’arriver doit m’arriver, sans que j’en ai la moindre idée.

Donc plus généralement, le lâcher prise, c’est apprendre à accepter les choses, accepter qu’on ne peut pas certaines choses et que si elles doivent arriver, c’est qu’elles devaient arriver.

Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut être passif et se dire que ça viendra tout seul. Si vous avez besoin de trouver un travail, ce n’est pas en restant dans votre canapé que vous allez en trouver un. Il faut continuer à aller de l’avant, créer des opportunités pour avoir ce que vous désirez dans la vie, tout en acceptant que vous ne pouvez pas contrôler certains facteurs dans la vie, comme le nombre de candidats pour le poste que vous voulez, ou l’acceptation de l’employeur. Vous pouvez faire de votre mieux pour être pris pour un emploi, mais vous ne pouvez pas obliger l’employeur à vous prendre vous.

Le lâcher prise signifie aussi que vous avez le droit de faire des erreurs. Parfois, il arrive que vous prenez des décisions qui ne vous amènent pas dans la direction que vous vouliez. Ce ne sont en fait pas de mauvaises décisions que vous avez prises. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise décision, il n’y a que des décisions qui vous amènent à vivre des expériences différentes, plus ou moins agréables. Le lâcher prise vous permet donc de ne pas vous autoflageller, tout ça parce que vous n’avez pas pris la décision qui correspondait à vos attentes.

 
 

Pourquoi le lâcher prise peut-il aider à guérir de la boulimie ?

 

Une des principales causes de la boulimie est le besoin de tout contrôler. La personne boulimique est une personne qui cherche à contrôler un maximum de choses autour d’elle : son poids, sa apparence phyisique, son alimentation, ses relations familiales, amicales et amoureuses, son travail, sa place dans la société, ses émotions et ses sentiments. Si elle le pouvait, elle ne laisserait aucune place ou très peu à l’imprévu et à la destinée. Elle a d’ailleurs souvent peur de l’avenir, bien que ce soit d’une grande majorité de la population.

Bref elle a tellement envie de tout contrôler, que ça finit par exploser à un moment ou à un autre et c’est généralement à ce moment qu’elle va faire une crise de boulimie. Et justement, durant la crise, elle perd le total contrôle d’elle-même, comme si quelqu’un d’autre contrôlait ses actes et son cerveau à sa place. A force de trop vouloir contrôler, elle ne contrôle plus rien. Comme le dit l’expression, trop de contrôle tue le contrôle.

Le lâcher prise va donc vous permettre d’apprendre à lâcher ce contrôle qui vous bouffe la vie. Vous allez apprendre à accepter plus de choses, et surtout à accepter vos émotions. J’ai d’ailleurs publié un article pour apprendre à accepter ses émotions.

De plus, il faut savoir que le contrôle a tendance à stresser énormément la personne. Car elle fait le maximum de choses pour arriver ses fins, réfléchit beaucoup à comment elle pourrait faire pour y arriver. Elle dépense énormément d’énergie et cela la stresse. Elle est encore plus stressée lorsqu’elle sent qu’elle n’a pas le contrôle sur quelque chose. Par exemple, lorsqu’elle n’arrive pas à contrôler son alimentation ou lorsqu’elle n’arrive pas à contrôler les comportements de son compagnon ou de sa compagne. Toutes ces situations lui apportent beaucoup de stress. Et ce stress l’incite fortement à faire des crises de boulimie.

En apprenant à lâcher prise, vous allez donc apprendre à ne plus contrôler ce que vous ne pouvez pas contrôler et à diminuer votre stress.

De plus, il faut savoir que la personne boulimique a très peu confiance en elle et a une très mauvaise image d’elle-même. Elle a donc tendance à se critiquer, à penser qu’elle est nulle et incapable, surtout quand elle pense avoir pris une mauvaise décision. Cela aussi a tendance à l’amener à faire des crises de boulimie. Le lâcher prise vous permettra d’accepter que vous ne pouvez pas toujours prendre les décisions qui amènent aux résultats désirés. Vous ne pouvez pas toujours contrôler les conséquences de vos décisions. Il y a une part que vous pouvez contrôler, mais une autre part qui est hors de votre portée. Ainsi, vous allez apprendre à moins vous dévaloriser, et à améliorer votre confiance en vous.

 
 

Comment pratiquer le lâcher prise pour guérir de la boulimie?

 

Tout d’abord, je vous conseille de lire, relire et relire encore cet article, car, à force de le lire, vous allez intégrer dans votre inconscient tout ce qui permet de lâcher prise et de mieux accepter ce qui vous arrive. Essayez de repérer dans votre vie des choses qui vous font souffrir et lisez cet article en faisant le lien entre ce que je dis et vos souffrances.

Ensuite, je vous propose de vous poser chaque jour dans un coin tranquille, sans télévision, sans personne autour de vous, en vous concentrant sur vous-même. Vous pouvez par exemple aller dans la nature, dans votre jardin, dans votre canapé. Vous pouvez même fermer les yeux. Et chaque jour, vous allez prendre un événement récent ou ancien dans votre vie qui vous a fait souffrir et vous fait encore souffrir.

Par exemple, vous pouvez penser à vos difficultés à suivre un régime ou à éviter de trop manger. Ou encore votre peur de ne pas être à la hauteur à un examen ou un entretien. Ou votre hésitation à quitter ou rester avec une personne.

Une fois que vous avez trouvé l’exemple, demandez-vous qu’est ce qui pourrait arriver de pire si vous ne réussissiez pas à obtenir ce que vous désiriez ou si vous preniez la « mauvaise » décision. Et demandez-vous « est-ce que ça vaut le coup de me rendre aussi mal dans ma peau, autant de stress, pour cela? ». Bien souvent, vous allez vous rendre compte que non. C’est une première étape de relativisation. Cela vous permet de diminuer la tension et de connaître le pire. Car bien souvent on a peur de l’inconnu (c’est d’ailleurs le cas quand on cherche à contrôler) et le fait de savoir ce qui pourrait être pire et ce que vous pourriez ressentir permet de diminuer le stress.

Ensuite, dites-vous, à haute voix si possible et environ 10 fois la phrase suivante « si cet événement arrive, c’est qu’il devait arriver, il y a des choses que je ne peux pas contrôler » en personnalisant en fonction de la situation que vous avez choisi. Par exemple, si vous avez choisi la peur de rater un examen, dites-vous « si je dois rater cet examen, c’est que ça devait arriver, c’est que je n’étais pas fait pour réussir cet examen, il y a des choses que je ne peux pas contrôler ».

Et répétez cette phrase en vous imprégnaient bien de l’idée.

Et en même temps que vous répétez cette phrase, relâchez tout votre corps tout d’un coup. Ressentez une profonde détente de tout votre corps. Ainsi vous allez détendre votre mental en même temps que votre corps.

Cette exercice ne vous dispense pas d’agir et de mettre en oeuvre des actions pour arriver à votre résultat. Mais si vous n’y arrivez pas, dites-vous que vous aurez eu au moins le mérite d’essayer et de faire de votre mieux. Et ça c’est le plus important.

S’il s’agit de prendre une décision, ou si vous avez eu le sentiment d’avoir pris une mauvaise décision, répétez-vous également 10 fois la phrase suivante « ce n’est pas parce que je n’ai pas obtenu ce que je voulais, que j’ai pris une mauvaise décision. C’est une expérience qui m’aura beaucoup appris sur moi-même et sur ce que je ferai ou ne ferai pas à l’avenir ».

Par exemple, si vous regrettez terriblement d’avoir quitté dépensé votre argent dans des vêtements de luxe, dites-vous une phrase du genre « ce n’est parce que j’ai acheté ces vêtements, que j’ai pris une mauvaise décision. Je me suis faite plaisir, cela est une expérience qui m’aura appris à faire plus attention à ce que j’achète à l’avenir.

Ensuite, dans n’importe quelle situation, vous pouvez réfléchir aux avantages de la nouvelle situation et qu’est ce que cette expérience vous a apporté de bon, en quoi elle vous permet de vous améliorer.

Voilà ce sont des conseils que je vous donne que j’utilise au quotidien et qui m’ont vraiment appris à lâcher prise et me sentir mieux. Cela vous permettra d’apprendre à relativiser, à mieux apprécier votre vie, à vous libérer de vos tensions intérieures et de votre stress et à diminuer vos crises de boulimie.

Si vous souhaitez aller plus loin dans la guérison de votre boulimie, vous pouvez vous inscrire pour recevoir mon programme gratuit « les étapes clés de réussite de la boulimie « . Je vous y explique mon histoire, comment j’ai réussi à me guérir de la boulimie, ainsi que les 6 principales étapes indispensables à franchir si vous voulez vraiment guérir de la boulimie. Pour cela, il vous suffit d’inscrire votre prénom et votre email à droite de cet article et je vous envoie le programme par mail, étalé sur 8 jours.

Vous méritez tous de guérir, sans exception, et je sais que vous en êtes capables, croyez-en vous 🙂

 
 



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

2 réflexions au sujet de « Pourquoi et comment LACHER PRISE pour diminuer les crises de BOULIMIE ? »

  1. Valentine dit :

    Personnellement j’ai trouvé ça très très dur les premières fois, j’arrivais pas à trouver d’avantages et du coup ça faisait pire que bien, je me sentais encore plus nulle et incapable de rien! Mais j’ai essayé plusieurs fois et ça marche de mieux en mieux. J’imagine le pire du pire qui puisse m’arriver, et après je fais la liste des avantages jusqu’à ce qu’il y en ai au moins 10 ou 15 mêmes stupides. J’en ris des fois tellement je me trouve bête de stresser pour ca, et je me sens bien et sereine après.  Je vous conseille cette vidéo pour aller plus loin, elle m’a beaucoup aidé 😉 courage!
    https://www.youtube.com/watch?v=gnm-6vQZ_NI

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      En effet, ce n’est pas toujours facile. Quand notre cerveau a toujours cru certaines pensées qu’ils considèrent maintenant comme des vérités, il lui faut du temps pour pouvoir changer ces croyances. Mais, avec le temps et la patience c’est tout à fait possible et tu en as vécu la preuve 🙂

      Merci pour la vidéo que tu conseilles. Tout est bon à prendre pour changer et lâcher prise 🙂

      Magali

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés