Aller au contenu

Pendant / Après ma boulimie ( Partie 1 sur 3 )

 

Dans cette série de vidéos, j’ai envie de vous partager ma comparaison entre la période où j’étais boulimique et après ma boulimie. Vous pourrez voir ce qui a changé dans ma vie depuis. Voici la partie 1 sur 3.

BOULIMIE : pendant / après ma boulimie ( partie 1 sur 3 )

 

Cliquez ci-dessous pour voir la vidéo.

 

 

Transcription de la vidéo sur pendant et après ma boulimie, partie 1

 

Bonjour et bienvenue sur Sortir de la Boulimie. Ici Magali LE ROUX, ancienne boulimique pendant 8 ans et bientôt diplômée en psychothérapie.

Dans cette vidéo, je voudrais vous expliquer un petit peu ce qui a changé dans ma vie depuis que je suis guérie. Je vais vous montrer la comparaison entre aujourd’hui (où je suis guérie de la boulimie) et quand j’étais dans la boulimie (surtout au début de ma boulimie, quand j’étais vraiment dedans). Je vais vous montrer mes évolutions.

Cette vidéo sera en 3 parties parce que je préfère faire des vidéos courtes. Vous pourrez voir dans la première partie que je vous donne quelques éléments, puis d’autres dans la deuxième et la troisième partie dont je vous mets les liens juste en dessous (comme ça vous avez accès aux 3 parties).

J’ai préparé un petit papier car je me suis dis qu’il y a quand même pas mal d’informations et que je ne veux pas en oublier. En même temps, il y a tellement de choses qui ont changé dans ma vie que je ne vous en dirai peut-être qu’un dixième, mais ce sont vraiment pour moi les points les plus importants. Ils peuvent peut-être vous faire du bien à entendre et vous donner vraiment l’envie de guérir.

Guéri de la boulimie, je ne compte plus les calories

 

Un premier point très important par rapport à avant quand j’étais vraiment boulimique (surtout les 4 premières années de ma boulimie) : j’avais tendance à compter toutes les calories. Je connaissais toutes les calories des aliments, je savais toutes les calories de tous les ingrédients que je mangeais, je savais le nombre de calories que je mangeais dans la journée. Des fois je pouvais culpabiliser si je m’étais fixée un objectif de calories et que je les dépassais. Je pouvais culpabiliser et ne pas me sentir bien, je pouvais faire du sport pour compenser ça. J’étais vraiment dans le « truc » de manger avec ma tête : « Il ne faut pas que je dépasse le nombre de calories donc je ne vais pas manger cet aliment sinon je vais dépasser… ». C’était très fort au tout début de ma boulimie, je comptais vraiment beaucoup les calories, j’étais obnubilée par les calories, j’étais une encyclopédie à calories…

Aujourd’hui, on va dire que je sais très bien ce qu’est une calorie, j’ai les souvenirs (mine de rien on n’oublie pas). Je me suis tellement dit dans ma tête qu’un morceau de poulet faisait tant de calories qu’aujourd’hui je le sais encore… Quoique…  Là, je ne sais même plus combien ça fait, je ne saurais plus trop vous dire… Je crois que ça fait 120 calories pour 100g de blanc de poulet, je crois un truc comme ça mais franchement je ne sais plus trop… En tout cas je ne me pose plus du tout la question de savoir combien je mange de calories dans un repas, combien j’en mange par jour. Franchement je n’en n’ai aucune idée, je ne sais pas du tout et je pense que ce serait vraiment un effort pour moi de compter aujourd’hui… Je ne sais pas du tout, je n’en n’ai aucune idée et en fait je m’en fous complètement. Je me fous du nombre de calories que j’ai mangé dans la journée…

Je sais que j’écoute mon corps, je sais que si je mange un peu trop dans une journée mon corps va se réguler et qu’il va moins manger par la suite. Je ne me pose vraiment pas la question de combien je mange de calories ou pas. Vraiment je n’en n’ai rien à « cirer ». C’est vraiment un point qui est très important, je vois vraiment la différence par rapport à avant. Avant, au cours d’un repas je pensais tout le temps aux calories. Quand je mangeais avec des gens je me disais « Là si je prends cet aliment je vais manger tant de calories… », du coup je n’étais pas forcément tout le temps dans la conversation. Aujourd’hui je suis beaucoup plus dans la conversation à table parce que je n’ai plus cette pensée pour les calories que je mange.

Guéri de la boulimie, je ne fais plus de régime

 

Ce qui reprend aussi les mêmes idées, c’est que je ne suis plus au régime, je ne fais plus du tout de régimes. Avant c’est vrai que j’étais beaucoup au régime, j’étais tout le temps au régime. Si je n’étais pas au régime je faisais très attention à ce que je mangeais, j’évitais et j’avais peur de grossir. J’essayais de manger « les trucs » qui soit-disant ne faisaient pas grossir, avec peu de calories (pour moi qui faisais beaucoup avec le nombre de calories). Je faisais toujours très attention, je mangeais beaucoup avec ma tête. J’étais vraiment tout le temps dans le contrôle, surtout au début de ma boulimie, un petit peu moins après mais mes premières années c’était vraiment ça.

Aujourd’hui je ne sais plus ce que c’est un régime non plus. La dernière fois que j’ai été au régime  date de quand j’étais dans la boulimie (sinon je ne me pose plus la question). Je mange ce que j’ai envie et quand j’ai envie. Après, je vais me poser la question « Est-ce que ça c’est meilleur pour la santé ou pas ? ». Je pense à ma santé parce que je pense à mon bien-être, je veux me faire du bien, je veux m’apporter des bonnes choses. Je pense plutôt à ce qui est bon pour la santé, tout en me faisant plaisir bien sur. Je ne vais pas penser du tout à mon poids, je sais que je fais globalement et à peu près tout le temps le même poids. Des fois je ne me pèse pas pendant plusieurs semaines, je sais que je fluctue selon les périodes. Si je suis en stress je vais un petit peu plus manger mais en fait je laisse mon corps faire et j’écoute mon corps. Du coup je suis toujours au même poids, plus ou moins à quelques kilos près (peut-être à 2 ou 3 près je suis toujours au même poids). Je ne suis jamais au régime, je mange des fois des quantités de glaces, des quantités de trucs un peu trop (par rapport à ma santé pas par rapport au poids)… Mais vraiment je ne me pose plus la question des régimes.

J’écoute mon corps, c’est comme les conseils que je vous donne : je les applique (si je vous les donne ce n’est pas pour rien). Je suis guérie aujourd’hui et je peux vous dire que j’écoute mon corps et que je ne suis plus du tout au régime. Je m’en fous royalement de prendre 1 kilo, ce que je veux c’est vivre.  Avec 1 kilo de plus ou 1 kilo de moins, à part me sentir plus serrée dans mes vêtements, je m’en fous très franchement. Si je prends 2 kilos de plus ça ne me change rien, mon corps je le vois pareil. Peut-être que je vois (vite fait) un petit peu de différence mais pas vraiment, je ne me pose plus la question en fait. Je me sens bien dans mon corps et dans ma vie donc je ne me pose plus la question de prendre du poids ou pas. Ça, c’est vraiment différent par rapport à quand j’étais dans la boulimie : pouvoir manger ce que je veux, pouvoir me sentir mieux dans ma vie…

Guéri de la boulimie, je me suis sociabilisé

 

Avant (et surtout par rapport à l’alimentation) à chaque fois que je rencontrais des gens j’étais dans l’évitement. Soit parce qu’on « buvait un coup » (avec des calories forcément vu qu’à l’époque je faisais attention), soit pour manger, j’étais beaucoup dans l’évitement des gens. J’avais tendance à me dé-sociabiliser. A midi je mangeais toute seule parce que j’avais peur qu’on me juge par rapport à ce que je mangeais. C’était un point qui était très fort : la peur du regard de l’autre…  Aujourd’hui quand je mange toute seule chez moi : je mange toute seule chez moi mais sinon je ne me pose pas la question. Si je ne vais pas manger avec des gens c’est parce que je n’ai pas envie de voir du monde, ce n’est pas parce que je n’ai pas envie de manger certains plats dehors : ça n’a rien à voir avec l’alimentation. Je suis beaucoup plus sociable.

gueri de la boulimie

Avant, quand je faisais une crise de boulimie dans la journée, je ne voulais plus voir personne le reste de la journée, le soir je ne pouvais pas sortir. Quand je faisais une crise c’était très rare que je sorte le soir ou que je vois du monde. C’est vrai que depuis que je ne fais plus de crises, si j’ai envie de sortir le soir je sors. S je n’ai pas envie de sortir le soir c’est parce que je n’ai pas envie de sortir. Je n’ai plus peur d’être avec les autres parce que je suis bien.

J’avais un petit peu peur aussi qu’on me remarque dans un état second. Mes crises me mettaient dans un état second quasiment tout le reste de la journée, je m’enfermais dans ma bulle tout le reste de la journée. Là, en ne faisant plus de crises je suis beaucoup plus libre. Je peux sortir le soir quand je veux, si je ne pensais pas sortir et que finalement au dernier moment j’ai envie de sortir : je sors. Je suis beaucoup plus libre, si j’ai envie de partir en voyage je pars en voyage mais je ne me dis pas « Comment je vais faire pour gérer les crises ? ». Ça aide vraiment beaucoup à être mieux avec les autres, il n’y a plus la peur du regard de l’autre. Je me sens mieux et du coup j’ai bien plus envie d’être en contact avec les autres. J’ai aussi plus de temps et de satisfaction à aller avec les autres plutôt que de faire des crises. Je suis beaucoup plus sociable qu’avant, il y avait des périodes où j’étais vraiment dans mon trou et je ne voulais parler à personne, surtout quand je faisais des crises.

Nous avons vu la 1ère partie de la vidéo, maintenant je vous invite à voir la seconde partie de ma comparaison entre avant ma boulimie et après ma boulimie.

 

Voici les liens pour accéder aux parties suivantes :

Pendant / Après ma boulimie (partie 2)

Pendant / Après ma boulimie (partie 3)

Autres témoignages qui peuvent vous intéresser : 

Boulimie : témoignage de Cécile et ses beaux progrès dans la guérison

Témoignage de Solange, dont la guérison de la boulimie lui a changé sa vie

Témoignage de Marie-Line, qui progresse énormément après 30 ans de boulimie

 

COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés