Aller au contenu

Pourquoi guérir de la BOULIMIE peut faire PEUR ?



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


 

Avez-vous déjà eu le sentiment de rechuter ou de ne pas arriver à guérir de la boulimie ? Dans cette vidéo, je vous explique justement pourquoi cela ne veut pas dire que vous échouez dans la boulimie, bien au contraire, et pourquoi guérir de la boulimie peut justement vous faire peur à ce moment.

Vidéo sur guérir de la boulimie et la peur

Cliquez ci-dessous pour voir la vidéo.

 

Pourquoi guérir de la boulimie peut faire peur (transcription)

 

Bonjour et bienvenue sur Sortir de la Boulimie. Ici Magali LE ROUX, ancienne boulimique pendant 8 ans et bientôt diplômée en psychothérapie.

Dans cette vidéo, je voudrais vous parler de pourquoi guérir de la boulimie peut faire peur ? Ça semble bizarre, si vous regardez cette vidéo c’est que vous cherchez sûrement à guérir de la boulimie. Vous vous dites : « j’ai envie de guérir, je vais y arriver, c’est facile ».

Avoir peur de guérir de la boulimie est une réaction normale

 

Mais, j’ai déjà eu pas mal de retour de personnes qui, à un moment donné, bloquent. Elles ont beaucoup de changements dans la guérison, elles avancent à grands pas, il y a des évolutions, elles remangent mieux, il y a des changements, elles ont plus confiance en elles, etc. Et puis des fois, elles paniquent : des personnes m’ont dit qu’elles avaient du mal, que ça faisait beaucoup, que pour elles c’était perturbant.

Il y a aussi des personnes qui ont bien évolué au niveau de la boulimie, qui ont eu moins de crises, et qui d’un coup vivent une grosse période de crises, comme une rechute.

J’ai eu aussi une ou deux personnes qui n’ont plus fait de crises (ou quasiment plus), et ça revient…

Il n’y a pas à paniquer, c’est tout à fait normal. Ça ne veut pas dire que ça va être le cas pour tout le monde, mais si ça vous arrive : c’est normal. Je vous explique : le changement fait peur. Il faut savoir que le changement fait peur : quand vous cherchez à guérir, quand vous êtes boulimique, vous êtes dans un schéma. Vous avez des croyances, vous avez des habitudes alimentaires, des habitudes de vie. Vous êtes habitués à plein de choses : à ne pas avoir confiance en vous, à ne pas vous aimer, à vous détester (pas forcément tout et tout le temps mais par degrés). Vous êtes habitués à un état d’esprit, à des habitudes, au quotidien ou au long terme, etc. Ce n’est pas « bon », ce sont de mauvaises habitudes, de mauvaises pensées que vous avez.

Avec la guérison, l’objectif est de changer ça : changer vos croyances, changer votre état d’esprit. Par exemple : vous n’aviez pas trop confiance en vous et maintenant vous faites des choses pour avoir plus confiance en vous ? Vous ne mangiez pas certains aliments, vous réapprenez à manger des aliments qui étaient interdits, vous apprenez à les apprécier ? Peut-être que vous vous sociabilisez à nouveau avec des gens (des fois la boulimie dé-sociabilise, on voit moins de gens) et là, en guérissant vous allez voir plus de personnes.

Guérir c’est faire des changements, faire de bons changements pour la guérison. Si vous appliquez les conseils que je donne sur mon blog, ça va vous amener vers la guérison. Quand on change, c’est l’inconnu. Si par exemple vous n’avez jamais eu confiance en vous, que d’un coup vous changez, que d’un coup vous avez beaucoup plus confiance en vous, ça peut être perturbant.

Vous étiez habitués depuis tout le temps à des pensées et elles changent toutes à ce niveau là… Vous êtes plus sociable alors que vous aviez l’habitude de rester dans votre coin, de passer vos journées seul ou à faire des crises ? Quoi que ce soit peu importe, si vous étiez moins avec d’autres personnes, le fait de guérir vous emmène vers d’autres personnes. C’est bien, mais en même temps il faut apprendre à vivre avec les autres personnes. Vous changez votre quotidien, votre état d’esprit, et ça peut perturber.

La principale raison pour laquelle guérir de la boulimie peut faire peur

 

Ça peut être très dérangeant, très déstabilisant ; vous pouvez avoir le sentiment que ça va trop vite ? Qu’il y a trop de changements ? Ça va trop vite pour vous et c’est perturbant ? Ou vous ne vous rendez pas compte que ça va trop vite ? Alors vous pouvez rechuter, faire plein de crises de boulimie, parce que ce sont des émotions négatives : des peurs.

Quand vous changez, il peut y avoir un moment où vous avez beaucoup de peurs. Le corps n’a pas encore eu le temps de s’habituer si vous avez essayé d’aller trop vite (ou même quand vous guérissez normalement ça va peut être un peu vite pour vous). Ça crée de la peur en vous, de la peur qui peut se transformer en crise de boulimie. Vous avez besoin, des fois, de retrouver votre schéma d’avant (vos croyances d’avant, vos habitudes alimentaires d’avant), pour vous réconforter. On peut refaire des crises parce que c’était comme avant, c’est rassurant. C’était ce qu’on avait l’habitude de faire, c’est rassurant, confortable ; alors que guérir c’est sortir de sa zone de confort, c’est aller dans l’inconfort. Même si sur le long terme c’est pour un mieux, c’est encore fragile et déstabilisant pour certaines personnes, mais c’est tout à fait normal.

Personnellement je ne fais plus de crises, mais je peux vous dire qu’aujourd’hui (à l’heure actuelle où je fais cette vidéo), je suis en train de retourner dans des schémas d’avant, des habitudes. Pendant un moment je sortais moins, j’allais plus vers certaines choses qui étaient mieux au niveau professionnel, qui m’aidaient plus personnellement, où je mangeais mieux, etc.

Là, en ce moment, je vais plus sortir, je vais faire des choses qui vont plus me fatiguer, je remange très mal je trouve en ce moment par rapport à tous les derniers mois où j’ai bien mangé. Mais je le fais en conscience, je sais que je retourne en arrière (un petit peu), parce que ces derniers temps je change beaucoup. J’avance énormément dans ma tête, il y a beaucoup de changements dans mon inconscient, dans mon conscient. J’ai beaucoup de changement dans ma vie, ça me déstabilise un peu. Je sens que j’ai besoin de retrouver des schémas d’avant pour me rassurer un peu, mais c’est provisoire.

C’est comme vous : si vous rechutez dans les crises, que vous retournez dans vos schémas d’avant, dites vous que ça peut être bien. Vous allez vous rendre compte, finalement, que les anciens schémas dans lesquels vous retombez ne sont pas bons et ainsi vous allez revenir sur les nouveaux schémas (des fois c’est juste pour se rassurer un peu, mais vous allez y revenir). Si vous refaites quelques crises de façons intensives, ça va revenir.

Pourquoi ce que vous vivez n’est pas une rechute de la boulimie

 

Tout ce que vous apprenez et qui vous permet de vous sentir mieux est acquis. Même si vous retournez provisoirement dans un schéma qui n’est pas « le bon », vous allez vous rendre compte que « le mieux » est le nouveau schéma : les nouvelles croyances, les nouvelles pensées, les nouvelles habitudes sont « le mieux » et vous allez y revenir. C’est un peu l’idée de faire, de temps en temps, un pas en arrière pour faire deux pas en avant. C’est reculer pour mieux sauter.

Ne vous inquiétez pas si vous avez peur, si d’un coup c’est trop dur de guérir. Certaines personnes qui sont en thérapie, qui vont voir un professionnel, sont déstabilisées et vont arrêter la thérapie. Vous pouvez arrêter, ça ne veut pas dire que la thérapie n’est pas bonne pour vous. Ça peut juste dire que c’est peut-être un peu trop dur pour vous, que vous avez besoin de prendre un peu plus de temps. Je vous conseille, après, de revoir le thérapeute et continuer (reprendre) vos efforts. Vous pouvez faire un petit tour en arrière, revenir à vos anciens schémas. Ce n’est qu’ après que vous allez avoir envie de retourner en avant, ça se fait naturellement.

Ne vous inquiétez pas, c’est normal de rechuter, de refaire des crises de boulimie. Ce n’est pas grave, tout ce que vous apprenez est acquit et vous permettra d’aller progressivement vers la guérison complète.

Voilà, je voulais faire cette vidéo pour vous rassurer. Je sais qu’il y a des personnes qui ne comprennent pas que ça puisse être perturbant, qui peuvent penser qu’elles ne sont pas capables de guérir, que c’est foutu… Non, c’est ce que vous croyez là, mais au final ce que vous vivez est tout à fait normal, ça fait partie de la guérison. Ce n’est pas que vous n’êtes plus dans la phase de guérison, c’est juste que ce n’est pas pareil que d’habitude.

Ces pas en arrière font partie de la guérison, ils vous permettent d’avancer encore plus. Ça fait partie de la guérison, c’est tout à fait normal ne vous inquiétez pas. Je voulais faire cette vidéo pour vous rassurer, que c’est tout à fait normal, que tout le monde vit la même chose à des degrés différents. Soyez conscient de ça, acceptez, acceptez que ce soit tout à fait normal.

Si vous voulez avoir un petit peu plus de conseils sur la boulimie, pour guérir ou avancer un peu plus dans la guérison, je vous conseille de vous inscrire à mon programme gratuit « Les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie » en cliquant sur le lien juste en dessous.

C’est un programme dans lequel je vous explique les principales raisons qui font que vous êtes boulimique. Je vous donne des conseils pour commencer à guérir, ou continuer à guérir. Je vous raconte aussi mon histoire et comment j’ai réussi à sortir de la boulimie. Je vous envoie tout par mail sur plusieurs jours.

Je vous dis à bientôt pour une prochaine vidéo.

 

Voici quelques articles ou vidéos qui peuvent vous intéresser : 

5 raisons pour lesquelles je n’arrive pas à sortir de la boulimie

Faut-il être à 100% guéri de la boulimie pour être heureux ?

Comment soigner la boulimie

 



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés