Aller au contenu

Pourquoi suis-je une grosse fainéante ? (boulimie, chômage, confiance en soi, séduction)



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


Dans cette nouvelle vidéo, je vous raconte ce que j’ai vécu pendant cette dernière année d’assez bizarre et je vous explique pourquoi je suis une grosse fainéante, pas sérieuse. Je suis certaine que ça vous aidera à vous voir autrement, à déculpabiliser, à être plus heureux et donc à sortir de la boulimie. J’en profite également pour vous parler du fait d’être au chômage, de confiance en soi, de séduction. 

 

Je suis une grosse fainéante (boulimie, chômage, confiance en soi, séduction)

Cliquez ci-dessous pour voir la vidéo.

programme gratuit « Les étapes clés de réussite pour sortir de la boulimie »

Si vous souhaitez une aide individuelle par Skype, cliquez ici

Boulimie : pourquoi je suis fainéante ? (version écrite)

 

Je cherche un endroit sympathique pour faire mes vidéos. La dernière fois, il n’y avait pas de soleil, je ne pouvais pas être dehors, il y avait trop de vent, trop de cigales. Mais là ça va, il y a du soleil, pas trop de cigales, pas de vent. Je vais trouver un truc sympa pour me poser.

Bon voilà, j’ai trouvé l’endroit pour faire ma vidéo. J’aurais préféré avoir mieux. En fait, j’imaginais un truc, mais ce n’est pas comme je le voudrais. Mais bon ce n’est pas grave, je vais faire avec. Mais en fait, je crois que je suis de plus en plus exigeante. Je veux des trucs de mieux en mieux. Donc je préfère certaines choses. Et je préférais un peu plus de lumière. Mais bon. Après, j’accepte ce qu’il y a en fait. S’il n’y a pas, c’est pas grave. Je fais quand même mes vidéos et c’est très bien. Je suis de plus en plus exigeante, bien que je dis que c’est important de ne pas être trop exigeant, de ne pas être trop perfectionniste. Mais en même temps, il y a du bon dans le perfectionnisme. Parce que c’est toujours bien de faire mieux. Par contre, c’est important d’aimer, d’apprécier, même si on n’a pas le top du top, mais ce qu’on a c’est déjà bien. Ca par contre, c’est la grosse nuance. Mais après, si je peux avoir mieux, tant mieux.

Qui je suis (ancienne boulimique) et objectif de cette vidéo

 

Déjà, je me présente parce que je ne me suis pas présentée, pour ceux qui ne me connaissent pas. Je suis Magali Le Roux, j’ai créé le blog Sortir de la Boulimie. J’ai été dans la boulimie pendant vraiment 8 ans et ça fait 3 ans et demi à peu près que je m’en suis sortie. J’ai fait ces derniers mois une crise de temps en temps, mais ça n’a rien à voir avec avant. Parce qu’émotionnellement ce n’était pas facile. Mais pour moi, c’est pas parce qu’on fait une crise exceptionnellement, qu’on est dans la boulimie. Pour moi, je m’en suis vraiment sortie il y a 3 ans et demi et je l’ai été pendant 8 ans.

Et je vous partage aujourd’hui, mon but c’est de vous aider à sortir de la boulimie vous aussi parce que moi j’ai réussi, et je suis globalement plus heureuse dans ma vie, et du coup je comprends mieux pas mal de choses, par mon expérience parce que je comprends mieux le fonctionnement de l’être humain, de ce qui aide à être heureux. Et je voudrais vous partager tout ça parce que ça peut vous aider à sortir de la boulimie, à être plus heureux. C’est mon objectif. Je fais ces vidéos pour ça. Et je profite de partager mon expérience parce que je me dis que peut-être mon expérience, ce que je vis, ça peut vous être utile pour vous. Parce que c’est vrai que les exemples des gens, j’aime bien m’inspirer des gens et de leurs expériences pour avancer et évoluer. Donc je me dis que si la mienne peut vous aider, tant mieux.

Résumé de ce que j’ai vécu et en quoi je suis une grosse fainéante

 

Donc aujourd’hui, je voudrais vous parler de ce que j’ai vécu là, pendant un an, et je vais dire plutôt les 6 derniers mois. Ca fait plus ou moins un an que j’ai été très peu active sur le blog, sachant que c’est mon activité professionnelle. Donc j’ai très peu travaillé. Il a fallu que je prenne du recul. J’ai écouté mon intuition. Il s’est passé des choses, je ne peux pas rentrer tout dans les détails, je vais survoler. Mais il s’est passé pas mal de choses et j’ai du en fait laisser le blog, je n’ai pas répondu à tous les mails. Il a fallu que je fasse ça, que je vive des choses. Des fois, je n’avais pas le choix que de vivre ça. C’est comme s’il y avait quelque chose à l’intérieur de moi, dans mon corps qui me bloquait, même si des fois je voulais aller sur le blog, mais je ne pouvais pas, je bloquais. Ca bloquait et je ne pouvais pas. Des fois, c’était difficile à comprendre, mais moi je n’arrivais pas. Donc j’ai vécu ça, surtout pendant les 6 derniers mois où ça a été très fort, il y a eu beaucoup beaucoup de changements dans ma vie.

Je ne vais pas tout vous expliquer, parce qu’il y a certains aspects dont je parlerais sûrement dans d’autres vidéos, il y a des choses qu’aujour’hui, je ne peux pas en parler, déjà parce que je n’ai pas assez de faits concrets, il me manque des éléments pour vous en parler. Ca ne prend pas en compte que moi donc je ne peux pas vous en parler. Mais je peux parler de ce que je peux vous dire. Et aujourd’hui, je voudrais surtout vous parler du côté féniant, pourquoi j’ai été une grosse féniasse. Mais vraiment, en apparence, j’ai été une grande féniante, je ne foutais plus rien.

Le but de cette vidéo est de vous aider à déculpabiliser par rapport à ce que vous pouvez faire. Parce que c’est vrai que es fois, quand on est dans la boulimie, qu’on a des souffrances, on n’accepte pas certains comportements qu’on a, on a des jugements sur des choses, on dit « il faut faire ça, ça, ça et si on fait ça, ça, ça, c’est pas bien, non c’est pas bien, il y a des trucs à faire et à ne pas faire ». Ben en fait, je vais vous dire, il n’y a pas de bon ou de mauvais comportement, tout dépend de ce qu’on en fait.

Donc pourquoi j’ai été une grosse féniasse ? J’espère que ça va vous aider à déculpabiliser pour ceux qui sont au chômage, pour ceux qui ne travaillent pas comme ils le voudraient. Donc voilà, je n’ai rien fait sur le blog, parce que c’était mon travail. J’ai quasiment rien fait. Et pendant 4 mois, non 3 mois on va dire, je crois que j’ai passé 3 mois couchés au lit quasiment. En fait, je passais mon temps à dormir, à rester dans le lit, je discutais avec une super copine sur facebook et on passait des heures pas jour à discuter. Et ça c’était mon quotidien pendant 3 mois à peu près. Ou j’allais bronzer au soleil quand il ne faisait pas trop froid, j’allais m’allonger, j’allais méditer au soleil.  Je me suis prise du bon temps. Mais en fait, je n’avais pas trop trop le choix. Enfin c’est un peu spécial, c’est difficile de vous expliquer comme ça. Mais en gros, je n’ai rien fait, en apparence, je n’ai rien fait. Je suis en coloc et mon coloc me disait « mais tu ne fais rien ». Mes parents qui sont beaucoup dans l’action, c’est important pour eux de faire beaucoup de choses, ce n’était pas facile d’accepter pour eux que moi, je n’avais envie de rien faire, que je ne faisais rien, que je n’étais pas sur mon blog, que j’avançais pas, que je ne travaillais pas. Ben ouais, j’ai passé mon temps couchée pendant certains mois et on va dire que depuis 6 ou 7 mois, bon là j’ai repris un peu les vidéos et le blog depuis quelques temps, mais en gros, mon quotidien c’était dormir, rester couchée au lit, je fais des grasses journées (j’ai oublié de préciser que je ressentais énormément de fatigue et j’avais trop peu d’énergie parfois pour faire autre chose que rester au lit, j’écoutais donc les besoins de mon corps de se reposer), je bronzais au soleil (d’ailleurs on me disait « t’es bien bronzée », normal je passais du temps au soleil, mais pas tant que ça), je discutais sur facebook pendant dses heures comme je vous l’ai dit, j’ai regardé des films (mais alors plein de films d’amour cul cul, en apparence des films débiles), depuis quelques temps je lis closer, je lis des trucs people alors qu’avant, jamais je lisais ça car j’avais beaucoup de jugements (je me disais qu’on s’en fout, bon je trouve que d’un côté il y a du jugement, je n’aime pas trop quand on juge les stars et les gens, donc pour moi ces livres-là étaient méchants, il y avait un côté que je n’aimais pas donc je repoussais), je regarde des documentaires sur les stars, des télés réalité que je ne regardais pas.

En fait, pendant les premiers mois, j’ai tout refusé ça, je ne sortais plus, je ne voyais plus personne, je ne voulais voir que des gens spirituels, je ne voulais voir que des vidéos spirituelles, je ne voulais voir que des vidéos sur Dieu parce que je me sis beaucoup intéressée aux religions, à Dieu, parce qu’avant, je n’ai jamais eu de culture à ce niveau-là et depuis le début de l’année, je me suis vachement intéressée à tout ça. Mais voilà, j’étais vachement spirituelle pendant plusieurs mois, je refusais tout ce qui était superficiel, le maquillage, les habits… Même les gens, je me suis coupée du monde, je ne voulais voir que des gens qui étaient dans le spirituel. Et après, j’ai basculé et j’ai fait tout l’opposé. Je n’avais plus trop envie de parler spiritualité, j’ai fait des soirées, je suis beaucoup sortie, je sors encore pas mal, je fais des soirées où les gens boient, commentent les autres, j’y vais avec mes copines, je fais ma star. Depuis quelques temps, c’est encore plus poussé, je me maquille plus, j’aimais bien les robes mais là j’en ai encore plus. Je suis plus dans le superficiel, je prends beaucoup plus en compte tout ça, je lis closer et des trucs comme ça, alors qu’avant je ne m’intéressais jamais à ça. Regarder des tutos maquillage, alors là, pfff, c’était pas pour moi. Même faire les boutiques, je ne m’étais jamais vraiment intéressée à faire les boutiques. Parler au téléphone pendant des heures avec une copine, jamais je ne faisais ça, mais jamais. Et là, je n’arrête pas. Entre ma copine sur facebook parce qu’elle est en tunisie, on a parlé pendant des heures, on a refait le monde. Et blablabla, et puis les hommes, et les histoires de couple. Que des trucs que je ne m’intéressais pas avant, pas plus que ça. Et là j’ai une copine avec qui des fois on passe des heures et des heures au téléphone, alors que jamais avant je faisais ça, je détestais ça. Et là j’adore. Et on raconte plein de potins sur ce qu’il se passe. Donc j’ai fait ça, c’était mon quotidien.

Aussi, en apparence, avec mes parents j’ai fait aussi des petits cacas nerveux, j’ai fait ma gamine. Mais en apparence. Pour moi, au fond de moi, c’était juste que je rétablis des équilibres. Mais en apparence, c’est ça. Je fais des trucs de gamin, qui ne sont pas du tout adulte.

Avec ma copine tunisienne et mon autre copine, en plus avant j’étais proche des hommes, maintenant je suis plus proche des femmes, on rêvait. Avec ma copine tunisienne, on rêvait de plein de choses « on va faire ça, ça, ça… et puis ça va se passer comme ça dans la vie », comme des petites filles, des petites filles qui rêvent « et les princesses, on va faire les princesses comme ça, on va faire ça, et puis voilà ». Vraiment des trucs en apparence pas adultes du tout. C’est comme s’il y avait ma période enfant, où j’imagine des trucs, et puis après hop, je fais mon ado à mettre du maquillage. Je suis beaucoup dans la séduction aussi en ce moment, j’aime bien, ça m’aide beaucoup à avoir confiance en moi, j’aime bien sortir en soirée, je sors pas mal, je drague des gens. Je rigole, c’est trop marrant. Il se passe toujours plein de trucs trop bien, des fois un peu moins, mais des fois il se passe des trucs de malade.

Voilà, je fais des choses. Je ne m’intéressais pas à la politique avant. Maintenant je m’y intéresse plus. Et en fait, il y a beaucoup de choses que j’avais rejetées avant et que je fais maintenant. Mais aussi, en gros, j’ai quasiment rien fait, j’ai repris le boulot que depuis 2 ou 3 semaines, je me suis remise sur mon blog. Mais tout le reste, c’était je passe mon temps couchée au lit, discuter sur facebook, au téléphone, sortir, draguer les hommes ou me faire draguée, raconter des potins. Voilà, des trucs de féniasse, comme si je n’avais pas de responsabilité. En fait j’étais une grosse féniasse en apparence.

Pourquoi je ne suis pas une grosse fainéante et en quoi ça m’a aidée dans ma vie de faire ça ? (confiance en soi, séduction)

Et ce que je voudrais dire dans cette vidéo, c’est que non. En apparence, ça donne ça. En apparence, on croit que faire ça c’est être fainéant. Mais au final, pendant tous les mois où j’étais couchée, où j’ai rien fait, et bien en fait, je n’ai pas rien fait. J’ai fait énormément de choses. Déjà, avec ma copine tunisienne, on a discuté de plein de choses sur le monde, sur ce qui se passe dans le monde, sur ce qu’on aimerait faire nous, nos rêves. Des rêves qu’on aimerait faire, qu’on a envie de réaliser. Et on s’imaginait plein de choses. Et le fait de rêver, de visualiser, mais aussi d’y croire parce qu’il faut y croire, tout ça c’est extrêmement utile pour votre vie. Parce que quand vous avez des rêves, ça vous donne envie de vivre. Ca vous créé des projets. Pendant un moment, j’ai beaucoup rêvé sans savoir concrêtement comment j’allais faire. Et là maintenant, je suis en train de rêver de plein de choses, j’ai plein de projets, j’ai une vision de dingue de ma vie, des trucs genre improbables, ça paraît impossible à réaliser. Mais non, moi j’y crois. Et je rêve, je me dis « tiens il va se passer ça ». Et peut-être qu’il ne va pas se passer ça, mais ce n’est pas grave, je rêve, j’imagine, et du coup ça donne un sens à ma vie, ça me porte vers l’avant et ça me fait faire des actions.

Donc il y a ça, le fait de passer beaucoup de temps à rester couchée, j’ai beaucoup visualisé, j’ai écouté de la musique, j’ai rêvé à ce que je pourrais faire dans ma vie, qu’est-ce qui ne va pas, j’ai libéré des blessures aussi, des fois j’avais des souffrances, des choses dures, des émotions très fortes. Ben le fait de m’allonger, plutôt que d’être dans l’action, de faire des choses pour se couper de ses émotions, non moi je les ai laissées se libérer. Donc des fois, le fait de rester couchée, ça permet de libérer les émotions. Et quand on libère ses émotions, je libère les peurs, les doutes et après j’augmenter ma confiance en moi. Et j’ai de moins en moins de doutes sur ce que j’ai envie de vivre dans ma vie. En plus, je peux savoir du coup plus ce que j’ai envie, ce que je n’ai pas envie. Après, j’ai testé à un moment donné, parce qu’il fallait que je trouve des solutions financières, si je n’allais pas chercher un boulot de salariée en attendant. Et comme ça, ça me fait cette expérience-là. J’ai commencé et finalement je me suis dit « non, ça ne me va pas, j’ai de la chance d’avoir un blog, il y a plein de trucs qui me plaisent et c’est ça qui me fait vibrer, ce n’est pas d’être salariée qui me fait vibrer ».

Après, j’ai testé plein de trucs, même par rapport aux hommes aussi. Le fait de rencontrer des hommes différents, je me suis dit « non, ça je n’en veux pas, ça je n’aime pas, je veux ça ». Du coup, j’ai pu plus savoir ce que je veux dans ma vie, ce que je veux dans une relation de couple, la personne qui me correspond,… enfin bon, ça c’est un peu compliqué. Je ne peux pas tout vous dire. Mais du coup, ça m’a permis de rencontrer des hommes et de me dire «non, ça je ne veux pas, ça ça ne me convient pas ». Ces personnes là, en apparence elles ont l’air bien, j’ai rencontré vraiment des hommes super. Mais non, non, je ne veux pas. Non ce n’est pas possible avec ces personnes.

Du coup, la vie c’est ça, la vie c’est de s’épanouir dans sa relation professionnelle, c’est d’avoir une relation de couple, d’être heureux dans l’amour en couple, c’est ça. C’est d’avoir des loisirs qui nous plaisent. Si on a envie de regarder la télé le soir, si ça nous plait, si on éprouve du bonheur à faire ça, quel est le problème ? Et moi, je me suis rendue compte que même dans les trucs de télés réalité, dans closer, dans tout ça, il y a du bon parce que d’un côté, j’ai compris qu’on fait croire que ce sont des mondes différents, le monde des stars et le monde « commun », mais en fait ce sont juste des personnes comme tout le monde. Et quand on dévalorise les stars, par exemple on montre leur physique, leurs bourrelets… d’un côté ce sont des critiques par rapport à eux, mais en même temps, ça montre qu’ils sont humains aussi, qu’ils sont comme nous, qu’ils ne sont pas tous parfaits. Parce qu’il ne faut pas oublier qu’il y a photoshop derrière ou alors ils font des gros régimes… Les stars, elles sont comme nous, comme vous et moi. Moi je suis comme vous.

Et peut-être que je vous raconte ma vie, et la façon dont je vous la raconte, ça a l’air extraordinaire. Mais non, j’ai une vie au fond qui n’est pas différente de la vôtre, c’est juste que moi, j’en fais quelque chose d’extraordinaire. Comment je peux rendre les choses en apparence toutes simples, comment je peux les rendre extraordinaires, comment je peux voir qu’est-ce qui est agréable, qui est sympa. Par exemple, quand je sors, ça me permet de me rendre compte ce que je rayonne, car je vois en fonction de comment j’attire, hop c’est que je rayonne différemment, « ah tiens à cette soirée, j’ai moins attiré de gens, pourquoi ? ». Du coup, ça me montre comment je suis, qu’est-ce que je vibre intérieurement. Ca m’apprend énormément à avoir confiance en moi. Il y a des personnes, je me suis énervée, pourtant je n’aimais pas le conflit avant, maintenant je suis limite en conflit avec tout le monde. Mais non, c’est parce qu’à un moment donné, c’est comme s’il y a des choses que j’acceptais avant et que je n’accepte plus. Et des fois en soirée, il y a des gens qui ne sont pas respectueux du tout et je ne me laisse plus faire. Et j’apprends à avoir confiance en moi. J’apprends à avoir cette confiance que je n’avais pas avant. Et le fait de sortir en soirée, en apparence on pourrait croire que ce n’est pas sérieux, que c’est juste du loisir. Ben non, parce qu’au fond, j’évolue vachement dans ma vie en faisant ça. Aussi au niveau professionnel parce qu’en fait, je me rends compte qu’il y a des projets dans ma vie, dans le futur, qui sont très en lien avec ces soirées. Donc en apparence, on croit que c’est du loisir, mais je sais que j’y apprends des choses, j’y rencontre des gens et je sais qu’il y a le côté social, en fait il y a plusieurs raisons, mais je sais qu’il y a aussi une raison professionnelle qui est là. Parce qu’en soirée on peut rencontrer plein de gens. Même vous, si dans votre travail là ça ne va pas et que vous vous dites, non je ne veux pas sortir, ce n’est pas sérieux… Mais vous n’en savez rien. Peut-être que si vous sortez, vous allez peut-être rencontrer quelqu’un qui, si vous avez l’intention de changer de travail, va hop vous donner une opportunité pour trouver du travail. Vous allez peut-être être pistonné après, ou je n’en sais rien.

La dernière fois, ben ouais, je suis allée boire un café avec un pote. En apparence, ça a l’air un peu glandeuse, féniante, ah oui je suis féniante, c’est vrai. J’allais boire un café avec un pote. Il y avait qui à côté de lui ? Quelqu’un qui peut peut-être me faire entrer dans le monde de la télé. Et moi, je me dis « mais c’est génial, parce que c’est en plein avec mes projets professionnels ». Ca m’a donnée beaucoup d’idées. Et ça peut énormément me faire avancer, ça m’a beaucoup apportée. Après, je ne sais pas si ça va se concrétiser, j’en sais rien. On verra ce que la vie m’apporte. Mais voilà, je suis allée boire un café et hop, j’ai rencontré quelqu’un. On n’en sait rien, on peut rencontrer des gens qui peuvent nous apporter dans notre vie n’importe où, dans n’importe quel lieu. Même si en apparence ça n’a pas l’air du tout ce genre de chose. Moi avant, je pensais que les gens qui pouvaient m’apporter au niveau professionnel, ce n’était que dans des événements de blogging, des événements très ciblés. En fait, on peut en rencontrer de partout. Après, il y a des endroits où vous avez plus de chances de rencontrer certaines personnes. Si vous avez des rêves, allez peut-être plus là où vous avez plus de chances de rencontrer des gens qui correspondent à vos rêves.

Ah les films aussi. J’ai regardé beaucoup de films, beaucoup de films cul cul en apparence. Ben non mais moi, ça m’a fait beaucoup avancée. Parce que j’ai fait des liens avec ma vie, avec ce que je vis. Et du coup, ça m’a permis de comprendre plein de choses sur ma vie, sur qui je suis, sur ce que je veux, sur ce que je ne veux pas, sur les gens.

Bon après, moi j’ai des projets, enfin c’est important pour moi de comprendre l’être humain pour pouvoir aider. Regardez, par rapport à la boulimie, j’ai eu besoin de comprendre des choses, de vivre la boulimie, de m’en sortir, de comprendre certaines choses pour pouvoir vous aider. Là aussi, je sais que, peut-être vous n’aurez pas besoin de vivre tout ça. Mais moi, personnellement, le fait de regarder des films, ça m’apport beaucoup. Il y a des films qui m’aident énormément à avoir confiance en moi. Mais parce que je ne vois pas de différence entre le film et ma réalité. Enfin ce n’est pas que je ne vois pas de différence, c’est que je m’approprie ce qu’il y a dans le film, je fais des liens entre le film et ce que je vis. Du coup, ça m’aide vachement à avoir confiance en moi. Il n’y a pas que la méditation qui aide à s’aimer et à avoir confiance en soi. Il n’y a pas que la méditation, le yoga… c’est ce que je pensais avant. Mais non, on peut avoir confiance dans n’importe quelle situation, ça peut être un repas de famille, on peut augmenter sa confiance en soi en étant couché dans le lit, à discuter pendant des heures avec quelqu’un. Après, tout dépend de comment on le vit. Parce que vous pouvez aussi rencontrer des gens qui ne vous aident pas à avoir confiance en vous. Et vous pouvez perdre confiance en vous, en côtoyant des gens, ou alors vous pouvez vous en servir pour avoir plus confiance en vous.

Par exemple, un truc trop marrant, c’est qu’en ce moment, il y a plein de gens qui essaient de me faire perdre confiance en moi, qui essaient de me faire croire que mes rêves ne sont pas possibles à réaliser, qu’il faut que je laisse tomber. Mais en fait, plus on me dit ça et plus j’ai confiance. Ben ouais. Ce n’est pas dans l’acte en lui-même, le truc c’est qu’est-ce que j’en fais moi derrière. Et c’est ça en fait. Ce que je veux vous dire, c’est que par exemple, les gens qui sont au chômage, si c’est votre cas, parce que je sais qu’on culpabilise énormément. Moi avant, quand j’étais en prépa, fallait que je bosse comme une tarée, il ne fallait pas que je sorte, fallait que je bosse, bosse, bosse. Et si je faisais rien… je ne montais même plus mes chevaux, parce que non, je perdais du temps. Il fallait que je travaille. Et au final, pourquoi ? Je n’ai même pas fini mes études, enfin, je ne m’en sers pas de mon diplôme. J’ai fait ma prépa, j’ai fait mon bac +5, mais je ne m’en sers même pas de mon diplôme. Bon j’ai un diplôme, ça m’a apportée des choses. Ca m’a beaucoup apportée, mais je veux dire que le diplôme en tant que tel… je ne travaille pas en entreprise. Ca m’a apporté des choses, mais finalement pas ce qui était à l’origine le but. Et donc ça ne veut rien dire.

Et même, le fait de regarder des tutos maquillage, de regarder les robes, ça me permet de me rendre plus belle. Parce que je disais dans les vidéos, prendre soin aussi de son corps physique, de se plaire, ça aide aussi à l’amour de soi, à l’amour de son corps. Je me rends compte au final que j’aime bien aussi des fois quand je ne suis pas maquillée ou quand je suis habillée plus simple, j’apprécie. Mais si je peux améliorer le tout, parce que je trouve que finalement c’est beau des fois de se maquiller, d’être bien habillé. Il y a de la beauté. Après, il y a plein de façons d’être beau ou belle. Mais voilà, tout ça ça apporte au final. J’avais beaucoup de jugements avant là-dessus. Je pensais que ce n’était pas bien, que ce n’étaitp as fait pour moi parce que je trouvais ça trop superficiel, trop glandeur. Au final, pendant tous ces derniers mois, j’étais une grosse glandeuse, j’ai passé mon temps couchée à regarder des films, à lire closer, à sortir, draguer des hommes. Et en fait, je pense que ça m’a fait plus avancer. Enfin, je ne sais pas s’il faut comparer, mais ça m’a énormément fait avancer dans ma vie. Et au final, même sans avoir rien fait, je me rends compte que je suis totalement différente dans mes vidéos, dans ma façon d’être vis à vis des gens, j’attire des opportunités, des choses, c’est comme si j’avais beaucoup bossé. C’est comme si j’avais des vidéos tous les jours, que je m’étais entraînée, entraînée à faire des vidéos ou que je m’étais entraînée à faire des formations de confiance en soi. Et en fait, non, je n’ai pas eu besoin de ça. Des fois, rester couchée dans le lit, ça peut aider. Mais ça dépend de ce qu’on en fait. Parce qu’après, on peut rester couché et regarder la télé en se disant que ce sont des mondes à part, et on peut se sentir mal en se disant « ouais, ils ont une vie de rêve et moi j’ai une vie pourrie ». Et là, on n’est pas bien, on souffre, on manque de confiance parce qu’eux y arrivent et nous on n’y arrive pas. Ou on peut se dire « non, à la télé, ils ne sont pas différents de moi, il y a du bon dans tout, je peux me servir de tout pour avoir confiance en moi, pour plus m’aimer, pour imaginer des rêves, des projets,… Tout dépend de ce qu’on en fait.

Pourquoi vous n’êtes pas des fainéants vous non plus ?

 

Donc en apparence, peut-être que pour certaines personnes, j’étais une grosse fainiasse. Et peut-être qu’en apparence, pour certains, si vous êtes au chômage aujourd’hui, si vous n’avez pas de boulot, vous êtes peut-être des gros fainiants. Mais non ! Vous n’êtes pas des fainéants. Au contraire, ça peut être un moment pour prendre du temps pour vous, pour vous poser, pour prendre du recul sur les choses, sur la vie, pour voir ce que vous ne voulez plus, ce que vous voulez, prendre du temps pour vous. Voilà, il y a plein de choses, vous n’êtes pas fainéants et au contraire. Vous pouvez vachement avancer en faisant rien. Après, faites ce que vous avez envie sur le moment. Moi c’est vraiment un truc que j’ai beaucoup beaucoup écouté ces derniers mois et c’est peut-être ça qui m’a fait avancer le plus, c’est d’avoir écouté ce que je voulais sur le moment.

Et par exemple, un truc trop marrant, c’est que j’étais en soirée, et d’habitude, je reste toujours avant des gens, je ne reste jamis toute seule dans les soirées comme ça. Et là, je me suis dit que j’étais avec des potes, ils voulaient partir tôt et je n’avais pas envie de rentrer, j’avais envie de rester encore. Et je me suis dit « allez je vais rester, je vais rester toute seule ». A une soirée où il y a plein de monde, en plus il y a beaucoup de gens qui jugent, qui regardent. Et je me suis dit que je vais rester, je m’en fous de ce qu’on pense de moi. J’avais envie de rester, j’avais envie de rester, point. Je me suis écoutée et je ne me suis pas dit « ah oui, ça ne se fait pas de rester tout seul, qu’est-ce qu’on va penser de moi, et si jamais je m’ennuie… ». Je n’avais pas envie de rentrer, j’avais envie de rester et bien je ne me suis pas posée 15 000 questions. J’ai dit à mes potes que je reste. Et qu’est-ce qu’il s’est passé : même pas 10 min après, je rencontre des gens. Et là, vraiment je me suis dit que c’est incroyable. J’ai rencontré des gens super, je ne sais pas, il y a eu un truc. Et on a vachement déconné. Et j’étais super contente. Je suis encore en lien avec eux. Et je ne sais pas, ils m’apportent beaucoup. Mais voilà, si je n’étais pas restée à la soirée, si je n’avais pas écouté mes envies, je n’aurais pas vécu ça. Donc il faut écouter ses envies. C’est un truc que j’ai vraiment beaucoup fait, de faire ce que j’ai envie de faire sur le moment. Après, ce n’est peut-être pas forcément ce que je veux faire dans le futur. En apparence, ce n’est peut-être pas… enfin je suis restée couchée mais je savais très bien que je n’allais pas rester couchée toute ma vie, ce n’était pas mon but. Mais j’avais besoin de ça sur le moment. Donc j’ai écouté. Ca m’a beaucoup aidée.

Donc si vous pouvez écouter un peu plus ce que vous avez envie de faire, même si en apparence ça n’a l’air pas sérieux du tout, ça a l’air enfantin. Ben on est tous des enfants à l’intérieur. Et ceux qui disent qu’il faut arrêter de rêver, qu’il faut retourner à la réalité, ben moi je ne suis pas d’accord. Parce que les rêves ça permet d’avoir une réalité qu’on a envie de vivre. Moi, ma réalité elle est de plus en plus belle. Pourquoi ? Parce que je rêve, je crois en mes rêves, je fais tout pour réaliser mes rêves. Et donc je vous souhaite de faire la même chose. C’est comme ça que vous allez pouvoir sortir de la boulimie, ça va vous aider, parce que plus vous allez être heureux, plus vous allez faire ce qui vous fait du bien sans juger, sans vous dire « oh non, ça ce n’est pas bien, il ne faut pas que je le fasse ». Et plus vous allez faire ça, et plus vous allez être bien avec vous-mêmes, et plus vous allez sortir de la boulimie.

Bon, encore une vidéo très longue. Oh la la, je fais des vidéos trop longues. J’espère que ça ira pour vous. Elles sont bizarres mes vidéos là. Mais ce n’est pas grave, je fais un peu des vidéos toutes différentes les unes des autres et c’est très bien.

Après, si vous voulez avoir plus d’informations sur la boulimie, de plus comprendre la boulimie, (parce que là je vous ai plus partagés mon histoire et vous pouvez faire les liens avec votre histoire). Mais après, si vous voulez plus connaître les causes de la boulimie et voir comment en sortir, et aussi connaître mon histoire et comment je suis tombée dans la boulimie, comment je l’ai vécu et comment je m’en suis sortie, je vous invite à vous inscrire au programme gratuit “les étapes clés de réussite pour sortir de la boulimie”. Je vous mets un lien en-dessous et à la fin de la vidéo. Vous pouvez vous inscrire. Ca a aidé beaucoup de gens à comprendre et à se sentir mieux. Il y a pas mal de gens qui ont vu leur crises diminuer. Donc n’hésitez pas à vous inscrire.

Et je vous dis à bientôt pour la prochaine vidéo !

Tout ce qui est dit dans cette vidéo n’est en aucun cas la vérité, mais ma vision des choses, mon opinion issues de mes connaissances et de mon expériences personnelles. Je ne prétends ni détenir la vérité, ni savoir ce que chacun doit faire ou ne pas faire, penser ou ne pas penser.



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés