Aller au contenu

Une astuce pour exprimer ses EMOTIONS pour guérir de la BOULIMIE



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


 
Apprendre à exprimer ses émotions et ses sentiments est indispensable pour guérir de la boulimie. C’est pour cela en partie qu’on a tendance à dire qu’il faut suivre un psy ou un thérapeute si on veut guérir. Je vous conseille ici une astuce pour s’exprimer et exprimer ses émotions et sentiments, comme si nous étions devant un professionnel, sans pour autant en avoir besoin.

 

Vidéo sur l’astuce pour exprimer ses émotions et guérir de la boulimie

 

Cliquez ci-dessous pour voir la vidéo.

 

 

Transcription de la vidéo sur l’astuce pour exprimer ses émotions et guérir de la boulimie

 

Bonjour, ici Magali Le Roux du blog Sortir de la boulimie. Dans cette vidéo, je voudrais vous partager une astuce pour vous sentir mieux dans votre vie quand vous avez un problème, pour apprendre à exprimer vos émotions, à extérioriser tout votre mal-être.

C’est une astuce toute bête que j’ai trouvé il n’y a pas longtemps parce que, surtout en ce moment je vis une période qui n’est pas forcément facile. Ca ne se voit peut-être pas sur mon visage car je suis quelqu’un qui voit beaucoup les choses en positif, même si en ce moment je vis une période où j’ai pas mal de difficultés dans ma vie, beaucoup de changements, des douleurs qui remontent…Mais, pour moi, c’est un apprentissage, c’est positif parce que ça me permet d’avancer dans la vie, ça me permet de grandir. Je vis des situations qui sont là pour me rendre meilleur, pour que je me sente mieux, pour que je travaille par exemple sur des croyances que j’ai. Parce que mine de rien, je suis sortie de la boulimie, mais j’ai encore beaucoup de chemin à faire pour me sentir de mieux en mieux. J’ai encore plein de trucs qui ne vont pas. Mais voilà, ça fait partie de la vie. C’est pas toujours facile ça c’est sûr. Dans la vie, il y a des fois des choses qui ne sont pas toujours faciles. Mais ce que je fais, ce que je vis, en quoi ça peut m’apporter quelque chose de meilleur. C’est une petite parenthèse pour vous dire que, ce n’est pas parce que je souris, que ce n’est pas difficile pour moi en ce moment. Mais je le prends de la bonne façon et j’en apprends beaucoup.

Justement, c’est pour ça que je fais cette vidéo, parce que j’ai découvert un moyen qui était très bien pour exprimer ses émotions. En fait, pourquoi vous faites de la boulimie, pourquoi vous faites des crises ? C’est parce que vous avez un mal-être que vous n’extériorisez pas, vous avez un mal-être profond à l’intérieur de vous, vous avez des souffrances, des difficultés, des émotions négatives. Et tout ça a besoin de sortir. Et quand vous ne le sortez pas, ça se sort en crises en fait. Au lieu que ça sorte avec des mots, quand vous en parlez, le fait que vous n’acceptez pas forcément ces émotions, que vous ne les reconnaissez pas. Tout ça en fait, ça s’évacue à travers votre corps, à travers les crises de boulimie, à travers les compulsions alimentaires…

C’est pour ça que c’est important d’apprendre à s’exprimer, à exprimer ses émotions, sa souffrance. Extériorisez votre souffrance que vous avez. Plus vous allez faire ça, moins vous aurez besoin des crises de boulimie. Après bien sûr, il faut faire un travail pour changer ce qui vous cause de la souffrance. Parce que, si par exemple, vous avez un problème de confiance en vous, vous aurez beau dire « je n’ai pas confiance en moi, je souffre, je me sens mal par rapport à ça, j’ai de la tristesse, de la colère… » , c’est aussi important de travailler votre confiance en vous. Parce que si vous n’avez pas confiance en vous et que vous ne faites rien pour changer cela, vous n’aurez toujours pas confiance en vous et ça va vous créer d’autres difficultés à chaque fois. Donc c’est important de faire un travail sur soi, sur les causes qui font que vous n’êtes pas bien.

Mais aujourd’hui, ce n’est pas le sujet de la vidéo. Le sujet de la vidéo, c’est d’apprendre à extérioriser, à sortir votre mal-être. Alors ce n’est pas toujours facile quand on est seul. C’est pour ça que c’est bien d’aller voir un psy ou de me contacter par mail sur mon blog. Vous pouvez me contacter (en vous inscrivant à mon programme gratuit les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie), et si les psys sont aussi là, c’est justement pour qu’on puisse parler. Le fait de suivre quelqu’un, un des gros avantages, c’est de pouvoir extérioriser votre souffrance. Et c’est déjà une bonne chose. Après, comme je vous l’ai dit, ce n’est pas suffisant pour guérir, après il faut faire les changements nécessaires.

Mais déjà, ça fait du bien de pouvoir parler, de pouvoir extérioriser. C’est vraiment très important. Si vous ne pouvez pas le faire devant quelqu’un, que vous n’avez pas forcément quelqu’un qui est au courant de votre boulimie, qui est au courant de vos souffrances, que vous n’avez pas forcément quelqu’un rapidement à disposition pour vous écouter. Si vous n’avez pas de psy, ou si votre psy, vous ne pouvez pas le voir avant un bon bout de temps. Quand je dis psy, c’est thérapeute…Donc si vous ne pouvez pas, je vous ai déjà conseillé d’écrire un journal où vous extériorisez, vous dites tout ce que vous pensez.

Mais j’ai trouvé aussi un truc qui est vraiment énorme, c’est de prendre un enregistreur, ou son téléphone qui fait enregistreur. Vous le prenez et vous faites comme si vous étiez à parler à quelqu’un, à parler devant votre psy ou devant quelqu’un de confiance, ou votre compagnon, votre compagne. Ou faites comme si c’était une personne neutre, qui ne vous juge pas, qui est juste là pour entendre ce que vous avez à balancer, et que vous intériorisez tellement que ça vous rend mal et du coup, vous avez besoin de tout balancer.

Je vous conseille de prendre cet enregistreur et de dire tout ce qui vous passe par la tête par rapport à ce que vous vivez, comment vous vous sentez, qu’est-ce que vous vivez à l’intérieur de votre corps, quelles émotions vous ressentez, si vous arrivez à les reconnaître, pourquoi…Voilà sortez tout ce que vous avez.

Par exemple, moi je l’ai fait il n’y a pas longtemps. Je peux vous dire que je me sentais bizarre, je ne me sentais pas très bien, je me sentais un peu lasse. C’était quand je mangeais, je mangeais un peu plus que d’habitude. Parce que ça m’arrive encore aujourd’hui mine de rien. Je n’ai pas de crise, mais je grignote un petit peu parfois, je mange un petit peu plus par rapport à mes émotions. Mais ça reste vraiment léger, ce n’est absolument pas de la boulimie, ça n’a rien à voir, c’est plus un petit grignotage général. Mais j’ai envie de changer ça, donc du coup je fais des choses pour changer. Et pour qu’un jour, je puisse manger complètement librement, sans manger avec mes émotions.

Du coup, qu’est-ce que j’ai fait pour changer ça justement ? Je me dis « bon, là je ne mange pas comme d’habitude, je mange un petit peu plus, il y a quelque chose qui ne va pas dans mon corps ». Et je me suis dis que j’allais prendre mon enregistreur. Je ne me sentais déjà pas très bien et j’ai pris mon enregistreur. Je n’ai dis même pas une phrase que je me suis mise à pleurer.
Parce qu’en fait il y avait un mal-être que j’intériorisais. En fait, j’étais consciente parce que c’était ma blessure de l’abandon, donc je le ressentais. Mais le fait d’en parler, avec des mots, avec ma voix, de l’extérioriser vraiment parce qu’avant je ne l’avais fait qu’avec la pensée. Mais le fait de l’extérioriser vraiment avec ma voix, ça a fait complètement ressortir le mal-être. Et ça m’a fait un bien fou. J’ai parlé pendant plusieurs minutes, j’ai pleuré, j’ai balancé tout ce que j’avais à dire.

Et en même temps, j’ai fait un travail, j’ai réalisé des choses, comme ma blessure de l’abandon. Elle est ressortie alors que je ne pensais pas qu’elle allait ressortir autant. Donc j’ai encore des choses à travailler. Je me suis dis « ok j’ai la blessure de l’abandon, je me sens mal, j’ai l’impression de me sentir abandonnée… ». Et après je me suis dis « et avant, quand tu ne vivais pas cette situation, est-ce que tu te sentais abandonnée ? » Non, j’étais très bien, je m’en sortais toute seule. Parce que l), il y a pas mal de changements. Mais avant, quand je n’avais pas tous ces changements là, quand je revenais à cette période où je suis maintenant, je me disais « mais en fait je m’en sortais très bien, je n’étais pas abandonnée, j’arrivais à me débrouiller toute seule, je pouvais ». J’essayais de trouver des moyens de relativiser par rapport à cette souffrance. Mais j’ai accepté cette souffrance, j’ai accepté que j’avais des blessures qui sont encore là en moi. Mais après, je me suis dis « mais qu’est-ce que j’en fais ? ». En parlant, je me suis dis plein de trucs comme ça, pour relativiser,… Et tout ça, c’est en parlant. Je n’ai pas eu besoin d’en parler à un psy. Après, peut-être que quelqu’un, un psy ou autre, m’aurait aidé encore plus. Mais déjà toute seule, j’arrivais à faire un grand chemin.

Donc, des fois, il n’y a pas forcément besoin, même si c’est mieux, mais vous pouvez quand même faire seul ce travail. Et je vous dis, avec un enregistreur, je ne connaissais pas, mais j’ai réalisé à quel point ça pouvait être impactant. Je savais que le journal était impactant, mais là je me suis dis « wouah, c’est quand même vraiment impactant ».

Je l’ai essayé plusieurs fois cette solution et c’est vrai que ça fait vraiment beaucoup de bien. Je peux vous dire qu’après avoir parlé, après avoir exprimé, extériorisé ma souffrance, je me sentais bien. Et la vie allait reprendre le chemin. Et je suis allée me prendre une bonne petite douche pour me faire du bien, pour penser à mon corps, pour me donner de l’amour. Parce que mine de rien, la peur de l’abandon, c’est aussi un manque de confiance en soi et un manque d’amour propre. Même si je l’ai beaucoup travaillé, c’est un truc qu’on peut travailler tout le temps. Toute notre vie, on peut travailler notre amour de soi, notre confiance en soi, notre blessure. On l’aurait toujours la blessure, mais après, on peut la cicatriser de plus en plus. Du coup, j’ai fait des choses pour me sentir mieux. Mais déjà, je m’étais libérée d’un poids énorme et j’avais pris conscience de pas mal de choses, juste avec un petit enregistreur.

C’est pour ça que je vous conseille, si vous pouvez le faire, n’hésitez pas à le faire. Ca va vraiment vous apporter vraiment beaucoup de bien. Et crachez votre venin. Dites tout ce qui vous passe par la tête par rapport à votre souffrance que vous vivez. Et faites-le le plus souvent possible. Et si possible, quand vous sentez que vous allez faire une crise de boulimie. Si vous allez faire une crise de boulimie, c’est que vous avez une souffrance. Justement, c’est le bon moment pour prendre l’enregistreur et cracher votre mal-être. Et, si ça se trouve, après vous n’aurez plus besoin de faire de crise. Et vous pourrez ainsi éviter de faire une crise, ou elle sera moins forte. Plus vous allez le faire, moins vous aurez besoin de faire des crises pour extérioriser.

J’espère que cette vidéo vous aura donné une bonne astuce, que vous allez la mettre en pratique rapidement, quand vous aurez des difficultés.

Si vous voulez avoir un petit plus d’informations sur la boulimie, sur comment en sortir, je vous conseille de télécharger, en cliquant sur le lien juste en-dessous, mon programme gratuit « les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie ». Dans ce programme, je vous explique un peu les principales raisons de la boulimie, je vous donne des conseils et explications pour commencer à changer, d’autres explications comme je vous ai données aujourd’hui. Il y en aura d’autres et ça sera vraiment porté sur les principales raisons. Vous aurez une vision beaucoup plus globale, vous allez voir la boulimie d’une autre façon et vous allez pouvoir commencer à changer. Et je vous raconte aussi mon histoire et comment j’ai réussi à me sortir de la boulimie.

J’espère que cette vidéo vous aura beaucoup apporté. Et n’hésitez pas à mettre en pratique. De toute façon, je sais que vous allez guérir un jour ou l’autre. Après tout dépend de vous bien sûr, mais je sais que vous êtes capable de guérir, après tout vient de vous. C’est juste que vous avez besoin de faire des choses pour guérir, mais sinon vous pouvez guérir. Vous en êtes tout à fait capable. Je sais très bien que vous en êtes capable, tout le monde en est capable.

 

Voici quelques articles et vidéos sur le même sujet qui peuvent vous intéresser : 

Pourquoi un journal peut m’aider à sortir de la boulimie ?

Comment éviter certaines crises de boulimie et grignotages en exprimant mes émotions ?

Faut-il parler à mes proches de mes problèmes de boulimie ?

 



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés