Aller au contenu

BOULIMIE : Pourquoi c’est difficile de sortir de la boulimie ? – #13 Budapest



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


Pourquoi est-ce si difficile de sortir de la boulimie ? Pourquoi vous n’y arrivez peut-être pas aujourd’hui ? Je vous explique cela dans cette nouvelle vidéo de mon voyage à Budapest. J’en profite pour vous partager mes aventures à Budapest et mes repas.

sortir de la boulimie

Pourquoi est-ce si difficile de sortir de la boulimie ?

Cliquez ci-dessous pour voir la vidéo.

programme gratuit « Les étapes clés de réussite pour sortir de la boulimie »

Etre au courant de mes prochaines vidéos

Pourquoi c’est difficile de sortir de la boulimie ?

Pourquoi ce n’est pas facile de sortir de la boulimie ?

Bonjour, ici Magali LE ROUX du blog Sortir de la Boulimie. Je suis une ancienne boulimique (pendant 8 ans) et je m’en suis sortie. J’ai vécu cette période difficile, qui fait qu’on a du mal à sortir de la boulimie…

Oui ça n’a pas été facile pour moi et pour m’en sortir, mais je m’en suis sortie et le bonheur est tellement génial après que j’ai vraiment envie de vous aider à vous en sortir vous aussi ! Je sais que vous en êtes capable, que vous pouvez y arriver.

C’est ma première journée à Budapest… Dans cette nouvelle vidéo je vous fais visiter un petit peu cette ville, je vous raconte mes aventures, je vous montre mes repas et je vais vous expliquer pourquoi ce n’est pas facile de sortir de la boulimie. Je vais vous partager mon expérience par rapport à ça…

En attendant, si vous voulez en savoir un petit peu plus sur la boulimie, mieux comprendre les causes de la boulimie, savoir comment commencer à vous en sortir, aussi connaître mon histoire et comment j’ai réussi à sortir de la boulimie : je vous invite à vous inscrire (sur le lien juste en dessous) au programme gratuit « Les étapes clés de réussite pour sortir de la boulimie ».

On va commencer notre promenade à Budapest… Je viens de faire un petit tour le long de la mer et dans les rues de Budapest, là je vais me « poser »… J’avais repéré un bistrot de « road-food » (d’alimentation vivante), donc là je vais manger puis en profiter pour travailler un petit peu aussi car il fait super chaud dehors. Je vais en profiter pour travailler et j’irai me promener après…

Je vous montre ce que j’ai et qui n’est que du cru… Il y a plein de trucs et j’en ai pour 7,50€ alors qu’en France ce serait beaucoup plus cher, c’est clair… En plus j’avais vraiment envie de manger des légumes et  un smoothie parce qu’entre les pâtes et les pizzas : hier j’ai eu un peu ma dose… donc ça va me faire du bien de manger des légumes et des fruits.

Alors, aujourd’hui je voudrais vous parler de : pourquoi ce n’est pas facile de sortir de la boulimie ? Oui ce n’est pas facile, mais en fait ce n’est pas facile en apparence ! C’est aussi un peu pour ça que certaines personnes ont beaucoup de mal à en sortir…

Je vous explique : pour sortir de la boulimie, en fait il faut apprendre à faire face à soi-même et à faire face à ses besoins comme à ses émotions. Quand vous faites face à vos besoins et à vos émotions, en quelque sorte vous faites face à vous même…

La nourriture et les crises de boulimie sont un moyen de cacher nos émotions, de faire comme si il n’y en avait pas. C’est aussi un moyen d’évacuer, c’est un moyen de s’occuper face à l’ennui… des fois l’ennui peut être dur pour certaines personnes parce qu’on se retrouve face à soi-même…

Il y a des personnes qui ont du mal à faire face à elles-même, et c’est peut être votre cas aujourd’hui ? Vous pouvez avoir du mal à faire face à vous-même, à être en face de vous quand vous êtes seul ou quand vous vous ennuyez, quand vous n’avez pas d’occupation…

L’occupation et le fait de faire beaucoup d’activités peuvent être un moyen de ne pas être face à soi-même. Si vous n’êtes pas face à vous-même, c’est difficile de savoir ce que vous pouvez ressentir, d’être à l’écoute de vos besoins, d’être à l’écoute de ce qui est bon pour vous… Au final, vous passez peut-être du temps à passer à côté de vous en fait, à tout faire pour vous éviter…

Si vous voulez vraiment sortir de la boulimie, si vous voulez vraiment vous sentir mieux avec vous-même, il va obligatoirement falloir que vous appreniez à faire face à vous-même : à vos besoins, à vos émotions et à vous sentir mieux face à vous-même quand vous êtes seul ou que vous vous ennuyez…

Si vous voulez vous en sortir, il n’y aura pas d’autre moyen. Faites face à vous-même si vous voulez vous en sortir sur le long terme et vous sentir vraiment mieux avec vous-même. Donc oui ça : ce n’est pas facile. Il n’y a pas que ça qui fait que ce n’est pas facile, mais en passer par ça : ça va être obligatoire… Il va falloir accepter de faire face à vous-même et à vos émotions.

Aussi, il va aussi falloir faire face à vos difficultés et à vos blessures… si vous voulez cicatriser vos blessures et vous sentir mieux, à un moment il va falloir en prendre conscience, à voir la réalité en face et ne pas faire l’autruche.

Si vous continuez à faire l’autruche parce que des fois c’est plus facile d’être dans sa zone de confort, le problème c’est qu’on n’avance pas et que ce n’est pas comme ça que vous allez vous sortir de la boulimie… au final ça ne fait que ressortir en crises de boulimie.

Si vous voulez avancer, il va falloir faire face à vos émotions et aussi à vos blessures. Par exemple, je sais que lorsque j’ai fait un travail sur moi (notamment sur la dépendance affective), je peux vous dire que j’ai eu de grosses prises de conscience…

Une deuxième chose si vous voulez sortir de la boulimie : il va falloir accepter les prises de conscience, accepter de voir la réalité en face et accepter de faire face à vos blessures. C’est sûr que si vous ne faites pas face à vos blessures, que vous niez ce qui s’est passé dans votre vie passée et qui fait que vous vous sentez encore mal… si vous continuez à faire ça ou si vous continuez à faire l’autruche : vous n’allez pas avancer.

Il y a un moment où il faut accepter les prises de conscience, il faut avoir des prises de conscience et accepter que vous avez telles ou telles blessures : des souvenirs douloureux. Si vous voulez cicatriser des souvenirs, être en paix avec votre passé et vos souvenirs, à un moment donné il va falloir les regarder en face et faire un travail dessus…

Sans prises de conscience vous ne pouvez pas avancer, c’est en fait la base de la thérapie pour sortir de la boulimie : prendre conscience de ce qui ne va pas en vous pour pouvoir l’améliorer. Il y a des périodes pas faciles pour moi, où j’ai de grosses prises de conscience, mais ça fait partie du chemin…

Après, c’est hyper libérateur… sur le moment c’est assez dur et difficile à vivre : on regarde la réalité en face, on doit accepter ce qui nous semblait peut-être et jusqu’à présent inacceptable… mais au final c’est hyper libérateur.

Quand ensuite vous vous sentez bien avec vos souvenirs, avec vos blessures cicatrisées : vous vous sentez de mieux en mieux et de plus en plus léger, vous vous aimez de plus en plus et il y a plein de choses qui arrivent…. Ça ne vient pas tout de suite, il faut accepter de voir ce qui est dur et des fois c’est très fatiguant, voire extrêmement fatiguant.

Ce que je conseille, quand il y a des moments où vous avez beaucoup de prises de conscience et que vous avancez sur vous… ce sont des moments où vous avez besoin de prendre du temps pour vous occuper de vous, de vous chouchouter et de vous reposer. Reposez-vous car tout ça demande de l’énergie et il vaut mieux se reposer pour récupérer cette énergie.

Il y a plein de raisons qui font que ce n’est pas facile de sortir de la boulimie, mais çà c’est  une partie qui peut se résumer à : accepter de faire face à vos émotions, d’être à l’écoute de vos émotions et de vos besoins, de vous-même. Pourquoi ne pas apprendre à vous aimer quand vous êtes seul ? C’est comme ça en fait qu’on arrive vraiment à avancer…

Moi-même je passe beaucoup de temps seule selon les périodes : parce que j’en ai besoin, parce que c’est ça qui me fait avancer… et c’est là où j’avance le plus… je fais de l’introspection en fait. Donc il faut accepter d’avoir des prises de conscience, même si c’est fatiguant, même si c’est douloureux, même si ça peut être un peu perturbant…

Des fois ça peut faire que vous allez avoir plus de crises de boulimie sur le moment… parce que ça remue beaucoup de choses, mais c’est provisoire. Vous verrez qu’après le bonheur est bien plus grand…

En tout cas sachez que si vous acceptez de faire face à ces étapes, vous verrez que votre vie va complètement changer… vous allez vous sentir de mieux en mieux, vous pouvez vraiment passer de l’enfer au paradis ! Sur le moment ça ne se voit pas forcément, mais si vous vous faites confiance et que vous regardez sur le long terme : vous allez voir que ça va changer énormément de choses.

On continue la promenade… C’est magnifique, je crois que je vais venir travailler ici tous les jours…

J’ai oublié de vous dire : si c’est ce que vous vivez aujourd’hui, je dirais que c’est tant mieux et que vous êtes sur la bonne voie… Vous allez voir que bientôt ça va être beaucoup mieux…

C’est marrant, si vous avez regardé ma vidéo hier, je vous y parlais d’un a priori. Je partais avec un a priori et justement je prenais conscience de ça… que je voulais être ouverte aux opportunités, être ouverte à tout…

J’avais des a priori par rapport à Budapest quand je suis arrivée, ce n’était pas forcément comme je me l’imaginais… Je peux vous dire que j’ai bien fait de ne plus avoir d’a priori parce que je suis assez émerveillée par cette ville, par ce qu’on peut y trouver et j’aime beaucoup…

Comme quoi : il ne faut pas partir avec des a priori comme ça. Des fois on peut avoir des a priori, au début, mais ce ne sont que des suppositions et on ne sait pas ce qui peut nous arriver. La preuve, c’est que mon a priori a complètement disparu !

Il y a même un parcours d’agilité pour les chiens… « Isis tu montes ?… Oui Bravo !… Tu descends ?… Oui saute !»…

Petit pique-nique : ce sont des gâteaux crus « road-food ». Je ne sais pas si on voit bien : là c’est au bounty et là c’est un cheesecake noix de cajou/fraise…  Je suis retournée où j’ai mangé ce midi et là je suis posée… voilà ce que ça donne… c’est juste excellent ! Il n’y aucun sucre ajouté, ce n’est que du sucre de fruit, c’est trop bon, j’adore ça ! Comme quoi : on peut manger ça en se faisant plaisir !

Changement d’endroit, je suis à la terrasse d’un bar et je bois un petit verre… ça fait bizarre d’être toute seule parce que ces derniers jours j’étais avec plein de gens. Là je suis seule mais c’est bien, ça change… je me repose…

Voilà c’est le soir, je viens de rentrer et je vais faire un bon gros dodo !

Si vous avez aimé cette vidéo, que vous avez appris pas mal de choses, qu’elle vous a apporté beaucoup, n’hésitez pas à mettre un petit « Like » juste en dessous. Partagez-la car si ça peut aider d’autres personnes, un maximum de personnes, je n’en serai que plus heureuse… et on pourra enfin contribuer à ce qu’il y ait de plus en plus de gens qui se sentent bien dans leur vie…

Si vous voulez être au courant des prochaines vidéos de mon voyage et de mes prochaines vidéos en général, vous pouvez vous inscrire sur le lien juste en dessous pour recevoir un mail à chaque fois qu’une nouvelle vidéo est publiée, ou vous abonner sur ma chaîne Youtube.

Sur ce, je vous dis à bientôt pour la prochaine vidéo du voyage…



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

8 réflexions au sujet de « BOULIMIE : Pourquoi c’est difficile de sortir de la boulimie ? – #13 Budapest »

  1. Laureen dit :

    Coucou, comment faire face à sois-même ? J’aimerais faire un gros travail sur moi car je sais que j’ai beaucoup de choses qui ne vont pas en moi ( souvent mélancolique, périodes de déprime car j’ai un sentiment de vide dans la vie, sentiment que ce n’est jamais assez alors que j’ai tout pour être heureuse, je ne supporte pas de rester seule…) mais je ne sais pas du tout comment m’y prendre. Si tu as des conseils ce serait super. Merci encore une fois pour ces vidéos Magalie !

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      Bonjour Laureen,

      tu peux déjà continuer à suivre mes vidéos sur mon blog.

      Il y a également le programme “sortir ensemble de la boulimie” que je réouvrirai vers octobre. Sinon tu peux te faire aider par des professionnels (thérapeutes de préférence, en hypnose, en gestalt).

      Si tu as du mal à faire ce chemin toute seule, le mieux est de te faire aider et de ne pas rester seule dans ton coin 🙂

      Magali

      Répondre
  2. Ines dit :

    Idem à Laureen! désormais je sait que quand la solitude du soir est pesante ,cela me rappelle mon enfance….et mon désir de faire une relation avec un compagnon….

    Ces dernières années il m’est impossible ou trop difficile d’accueillir les émotions autour de la solitude du soir après le travail ….J ai l’impression que je pourrais mourir de douleur si je l’accueille

    Avec ta video je me lance ce soir a FAIRE FACE A MOI , je me suis dit que si la solitude et la peur m’envahissent, je allume tes videos pour m’encourager à découvrir mes émotions, et ipso facto mes besoins

    MERCI

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      Ines,

      et oui, la solitude est quelque chose qui est parfois très difficile à vivre. Mais rien n’est impossible et qui sait, peut-être qu’en apprenant à faire face à toi-même et à ton sentiment de solitude, tu vivras la même chose que moi : avant je détestais la solitude et maintenant j’aime tellement être seule que je me sens mal si je n’ai pas un moment à moi dans la journée où je me retrouve seule :-). La solitude, c’est un excellent moyen de se sentir bien avec soi-même et d’avancer, quand on apprend à l’apprivoiser et à s’aimer.

      Magali

      Répondre
  3. Laureen dit :

    Oui ines moi la du temps quand je suis seule je ressents une sorte d’angoisse, je n’arrive pas à me détendre et je fais inévitablement un crise :/

    Cela vient certainement du fait que quand j’étais petite ma mère nous laissait seules le soir ma soeur et moi (long a expliquer…)et mon père travaillait à pause donc parfois juque 23h ou les nuits. Et ensuite à l’adolescence quand j’ai débuter les crises vers 17-18ans j’étais à nouveau seule le soir et tranquille pour pouvoir les faire car la mère ne vivait plus chez moi depuis bien longtemps et mon père allait chez sa compagne tous les soirs. C’était mon petit réconfort à moi p-e pour combler l’absence.

    Aujourd’hui je ne suis plus du tout seule, j’ai un copain super qui est là pour moi et malgré tout je sens qu’il y a quelque chose qui ne va pas…

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      Si les crises de boulimie te servent de réconfort pour combler l’absence, c’est normal qu’elles fassent encore partie de ta vie.

      D’après ce que tu me dis, on dirait que la solitude est liée à une sorte de traumatisme (abandon, rejet ?). Ca pourrait être bien que tu apprennes à prendre plus de plaisir quand tu es seule. Pour que ton inconscient ne se dise plus : solitude = souffrance, mais plutôt solitude = plaisir, bien-être . Je suis sûre qu’en trouvant des moyens de changer ces croyances, cela te fera beaucoup de bien 🙂

      Magali

      Répondre
  4. JULLIEN dit :

    bonjour Magali merci pour ton témoignage

    je suis tout le temps seule et face moi

    cest ca le probleme et cest le cercle vicieux

    je diras que jai meme pas envie de guérir car au final je serai encore toute seule donc autant etre malade en fait

    ca sert a quoi de me battre?

    là ce que je vous cest que je suis retombée dans l’anorexie j suis toute maigre pour ne pas déprimer dès que je prends 1g je pleure et re déprime

    ça ne sert a rien

    clairement jai pu envie de vivre là

    je travaille ca m’intéresse pas

    jai pu envie de visiter de voir des choses

    de malimenter

    cest une cata

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      Bonjour,

      Je comprends bien à quel point la vie peut être dure, à quel point ça fait souffrir de n’avoir goût à rien. Moi aussi j’ai ressenti ça à plusieurs reprises dans ma vie. L’impression d’être perdu, que rien n’a de sens, à quoi ça sert de vivre si c’est pour vivre ainsi. Je sais bien ce que tu ressens.

      Pourtant, derrière ce chaos, cette réalité en apparence si triste, si inintéressante, parfois même qu’on pourrait dire cet enfer……derrière tout ça se cache un paradis. Tu ne le vois peut-être pas encore, mais il t’attend. Je connais beaucoup de personnes qui ont vécu les mêmes choses et qui se sentent aujourd’hui vraiment heureux. Il y a aussi Anthony Nevo qui parle de son témoignage dans cette vidéo (ne te fie pas au titre bizarre) : https://www.youtube.com/watch?v=rGzohjN-8EE

      Voici aussi ma vidéo où j’en parle : https://sortir-de-la-boulimie.com/boulimique-pleure/

      Je te promets, crois-moi, que ton paradis attend que tu trouves son chemin et sa porte. Ne te fie pas à ce que tu peux voir aujourd’hui dans ta vie, sois patiente et continue ton chemin. Tu n’as pas fait tout ce chemin pour rien. Continue et tu verras que petit à petit ce paradis va s’ouvrir devant toi et tu verras la vie comme la plus belle chose qui t’ait arrivée :-). Continue, fais ce qui te semble être le mieux pour toi, accepte le plus possible que pour l’instant ce n’est pas facile pour toi, fais toi confiance et tu verras ce que je te dis 🙂

      Magali

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés