Aller au contenu

Comment EVITER certaines CRISES DE BOULIMIE et grignotages en EXPRIMANT mes EMOTIONS ?



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


 
 
 Dans cette vidéo, je vous explique pourquoi il est important que vous appreniez à exprimer vos émotions pour guérir de la boulimie et je vous donne des exercices pratiques pour arriver à exprimer vos émotions. Cliquez ici pour regarder cette vidéo.
 
 

 

 

Transcription de la vidéo :
 

Vous souhaitez savoir comment éviter certaines crises de boulimie ? Vous vous sentez mal et vous aimeriez trouver une solution? voici la méthode de base qui m’a permis d’éviter des crises mais aussi qui m’a beaucoup aidée dans ma guérison. J’utilise d’ailleurs toujours cette méthode quand je suis dans des périodes délicates.

Une de mes expériences où j’ai utilisé cette méthode pour éviter les crises de boulimie et grignotages

 

J’ai l’idée de faire cette vidéo parce que justement je viens de connaître une petite période d’impasse, non pas de crise de boulimie, mais de grignotage et j’aimerais vous partager cette expérience pour que vous puissiez prendre exemple sur moi.

Je vous explique ma situation. Peut-être que certaines personnes se reconnaîtront. Cela fait plusieurs jours que j’ai beaucoup de mal à travailler. Je travaille de chez moi et du coup ce n’est pas tous les jours facile de me motiver, surtout qu’en ce moment je ne dors pas très bien, je suis pas mal occupée avec des chiens que je garde et du coup la fatigue et les autres préoccupations me perturbent dans ma motivation.

Puis j’ai décidé ce matin que j’allais me remotiver et me rebooster pour travailler. Mais encore une fois, j’ai bloqué. J’ai réussi à commencer tout de même mon travail mais la motivation n’était toujours pas là. Et tout ça m’a donnée envie de manger. J’ai donc été à nouveau confronté à cette mauvaise habitude que j’avais à l’époque où j’étais boulimique. Ces périodes de grignotage m’arrivent encore de temps en temps mais ça reste raisonnable. On ne peut pas changer du jour au lendemain les mauvaises habitudes. Parfois elles reviennent mais il faut savoir les repérer. Et c’est ce que j’ai fait.

 

 

Première étape pour éviter les crises de boulimie et grignotages : exprimer ses émotions et pensées négatives

 

J’ai donc réfléchi à cette situation et je me suis d’abord posé la question : qu’est-ce que je ressens? Je ressens de la colère contre moi même parce que j’essaie de me motiver mais je n’y arrive pas. Rien que de penser ça m’a beaucoup apaisée intérieurement.

Je me suis ensuite laissé exprimer tout ce que je ressentais à ce moment. Je me suis donc rendue compte que je voulais me motiver à travailler parce que j’ai besoin de gagner de l’argent pour pouvoir vivre et pour éviter de devoir trouver un travail alimentaire. C’est la dernière chose que je veux. Du coup je me mets la pression pour travailler et pour avancer plus vite que les autres dans mon projet professionnel. Et aussi parce que je connais quelqu’un qui travaille beaucoup plus que moi et est plus productif et je veux arriver au même niveau. Sauf que lui a l’expérience et moi je débute. Je suis bien exigeante avec moi-même. En plus, quand je prends du recul je me rends compte que je suis nettement en avance par rapport à ceux qui sont sensés être au même niveau de ma formation que moi. Trop exigeante avec moi-même. Pourtant ça semble contradictoire puisque ça fait quelques jours que je n’arrive pas à travailler. Et oui je m’en veux de me laisser aller comme ça à ne rien faire alors que je pourrais être productive.

Et justement cela me permet de répondre à la question suivante : quelle image j’ai de moi à ce moment précis ? Et bien j’ai l’image d’une personne incapable de rien. En plus je viens de manger plus que d’habitude alors qu’en ce moment j’aimerais manger un peu moins et éviter les desserts pour être plus productive (je reviendrai sur ce sujet dans un autre article mais je vous conseille d’éviter de faire cela tant que vous n’êtes pas guéri). Et forcément, vu que je n’arrive pas non plus à moins manger, et du coup le fait de manger un peu trop me donne envie de dormir, j’ai encore une plus mauvaise image de moi. Une double image de personne incapable de rien et incapable de tenir mes engagements auprès de moi mais aussi auprès d’un copain.

Finalement, je me rends compte que je suis en colère contre moi parce que je me trouve incapable de rien. C’est vraiment nul et je suis vraiment nulle.

Voilà tout ce qui m’est passé par la tête au moment où j’étais en train de grignoter. Déjà ça m’a fait un bien fou de m’exprimer tout ça.

 

Deuxième étape : relativiser ses émotions négatives 

 

Ensuite, après avoir dit toutes ces pensées négatives sur moi, j’ai choisi de les modifier pour les rendre plus positive et relativiser.

J’ai donc réfléchi et je me suis dis que finalement j’étais bien trop exigeante avec moi-même car je suis largement en avance sur mon projet comparé aux autres du même niveau. Et si je fais plus tant mieux, mais même en faisant moi j’y arriverais quand même.

Et puis je me suis rendue compte que je voyais mon travail comme une corvée alors que justement, à l’origine, mon travail est une passion et j’ai beaucoup de plaisir à le faire. Je ne considère d’ailleurs pas cela comme un travail contraignant. Sauf dans les périodes où je me mets trop de pression.

Je me suis également dis que je m’en demandais trop. Je me fixe des objectifs un peu trop élevés dans la journée et ça a tendance à me bloquer car je crains de ne pas arriver à tout faire. Et en craignant cela, je finis par ne pas arriver à tout faire, et même à ne rien faire du tout. J’ai donc décidé de me fixer des objectifs beaucoup plus petits et de mettre en priorité ce que j’aime faire et ce qui est d’ailleurs le plus important. Et si, une fois les objectifs accomplis, j’ai encore envie de travailler, je pourrai en faire plus et ce sera encore mieux. Du coup je suis sûre d’atteindre mes objectifs largement atteignables à mes yeux et je serai fière de moi de les atteindre. Et si je suis motivée à en faire d’autres travaux non prévus, je serai encore plus fière de moi :-).

De plus, je n’ai pas à me comparer aux autres. Même si certains ont un rythme plus soutenu et avancent peut-être plus vite que moi, je dois accepter de suivre mon propre rythme et écouter mon coeur plutôt que de copier sur les autres. On est pas tous faits pour travailler comme des fous et personnellement j’ai choisi de travailler dans le plaisir et la tranquillité. J’ai besoin de respecter mon rythme pour me sentir bien avec moi-même.

 

A vous de jouer : appliquez cette méthode à chaque envie de crise ou de grignotage

 

Ce témoignage de ma propre expérience me permet de vous expliquer les différentes étapes à suivre quand vous vous rendez compte que vous mangez de façon compulsive ou en grignotage ou que vous vous dites que vous n’arriverez jamais à quelque chose (ou les deux en même temps). Bien évidemment, ces conseils ne sont pas une solution miracle que va supprimer toutes vos crises du jour au lendemain. Parfois ça marchera, parfois non. Mais dans tous les cas ça vous permettra de vous sentir mieux et de faire des petits pas pour aller en direction de la guérison :-).

Tout d’abord, posez-vous la question : qu’est-ce que je ressens au fond de moi ? Quelle émotion? De la colère, de la tristesse, de la peur… ? Cet exercice est difficile quand vous n’avez pas l’habitude de le faire et c’est d’ailleurs une des principales raisons de la boulimie. Souvent on compense en mangeant parce qu’on arrive pas à ressentir et accepter nos émotions. La nourriture est un moyen qui permet d’extérioriser ses émotions quand on ne les exprime pas par des mots.

Puis quelles sont les pensées qui vous viennent à l’esprit et les raisons de cette émotion? Dites tout ce qui vous passe par la tête, même si ça paraît exagéré, au contraire c’est encore mieux. Laissez parler votre inconscient. Vous pouvez tout écrire sur un papier si cela vous aide. Vous pouvez même vous déchaîner sur votre feuille et vous énervez contre vous-même. Crachez votre venin, vous en avez bien besoin !

Puis vient l’étape de la relativisation. Maintenant que vous avez dis toutes les pensées négatives sur vous-même qui vous passaient à l’esprit, prenez-les une par une et tentez de les radoucir en étant plus indulgente avec vous. Je vous conseille de faire comme si vous aviez une petite fille ou un petit garçon devant vous qui se dit toutes ces méchancetés. Votre rôle est alors de le rassurer en lui montrant que tout cela n’est pas bien grave et qu’il peut les de façon plus positive. Vous pouvez par exemple lui dire que si il ou elle n’y arrive pas, c’est pas bien grave, il ou elle le fera à un autre moment. Et puis proposez-lui d’essayer de faire des choses plus faciles à faire, de se fixer des objectifs plus agréables et plus atteignables. Bien sûr, cette petite fille ou ce petit garçon, c’est vous !

A partir de là, je vous conseille, si cela est possible, de vous changer un peu les idées en allant promener dans la nature et en vous souriant à vous-même comme si vous souriez à la petite fille ou au petit garçon tout mignons et qui ont besoin d’être rassurés et d’être heureux.

J’espère que cette vidéo vous a plu. Si vous voulez aller plus loin dans la guérison de la boulimie, n’hésitez pas à télécharger mon programme gratuit “les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie”. Je vous y donne les principales clés à travailler pour guérir de la boulimie, ainsi que mon histoire et comment j’ai réussi à me sortir de la boulimie. Pour recevoir ce programme, cliquez sur le lien ci-dessous. Je vous souhaite de tout mon coeur de réussir à guérir de la boulimie car je crois en vous et vous le méritez 🙂

 

 



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés