Aller au contenu

Qu’est-ce que la BOULIMIE VOMITIVE ?



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


 

La boulimie vomitive est une forme de boulimie, lors de laquelle la personne se fait vomir. Mais une personne boulimique vomitive ne vit pas la boulimie de la même façon que la personne boulimique non vomitive. C’est pour cela que je souhaite vous détailler précisément, dans cet article, ce qui caractérise la boulimie vomitive.

Nous ne parlons ici que des symptômes, et non des causes.

boulimie

Les symptômes communs de la boulimie vomitive et de la boulimie non vomitive

 

Une personne boulimique en général est une personne qui ingurgite une grande quantité de nourriture en un temps très courts. Cette situation est appelé crise de boulimie. Elle peut durer entre quelques minutes et plusieurs heures.

Lors de cette crise, la personne boulimique n’a aucune notion du raisonnable. C’est comme si un démon prenait place dans son cerveau et l’obligeait à se jeter sur de la nourriture. Elle va alors manger tout ce qui est rapidement à sa portée, même s’il arrive parfois qu’elle se mette à préparer certains plats comme des pâtes ou un plat congelé. Mais, comme tout se fait dans la précipitation, elle aura tendance à manger ce qui est rapidement mangeable comme des gateaux, de la charcuterie, du pain, de la confiture… La quantité absorbée lors de ces crises boulimiques peut-être plus ou moins grande. Mais dans tous les cas, c’est une quantité beaucoup plus importante que ce que la majorité des gens mangent pour le même temps donné. Elle s’arrête de manger le plus souvent lorsqu’elle a le ventre tellement plein qu’elle est incapable d’avaler quoique ce soit d’autre.

Les crises de boulimie sont généralement faites à l’abri des regards, car la personne boulimique a honte de faire ces crises. C’est pour cela qu’elle les fait en général le soir en rentrant du travail ou de l’école, ou bien après le repas du soir, une fois que toute la famille est couchée.

La fréquence des crises de boulimie est variable d’une personne à une autre. Plus la personne boulimique est mal dans sa peau à l’origine, plus les crises vont être fréquentes. La fréquence peut être de 1 à 2 fois par mois, jusqu’à plusieurs par jour. Une même personne peut alterner des périodes où elle ne fait qu’une crise en un mois et des périodes où elle en fait plusieurs par jour. Tout dépend de son mal-être intérieur.

En dehors des crises de boulimie, la personne va avoir tendance à faire très attention à ce qu’elle mange, à éviter certains aliments qui, d’après elle, font grossir. Elle va donc manger très léger, beaucoup de fruits et légumes et éviter les gâteaux et autres produits gras et sucrés. Ce sont d’ailleurs généralement ces aliments interdits qu’elle va consommer lors de ses crises de boulimie, car, en s’interdisant, elle ressent de la frustration.

La personne boulimique a un poids généralement normal, si elle utilise des moyens de compensation des calories ingérés. Ces moyens sont les vomissements, une pratique sportive intensive, l’utilisation de laxatifs ou de produits diurétiques ou encore la suppression de certains repas. Par contre, elle a une obsession très forte de la minceur et a très peur de grossir.

Globalement, elle vit dans la honte et la culpabilité tout au long de sa maladie. De plus, la boulimie, causée par un profond mal-être de la personne, entraîne une terrible souffrance qui accentue le mal-être d’origine, ce qui provoque à nouveau l’envie de faire des crises de boulimie, et ainsi de suite. C’est une cercle vicieux dans lequel, il est assez difficile de s’en sortir. Mais cela ne veut pas dire que c’est impossible, bien au contraire.

Les symptômes supplémentaires de la boulimie vomitive

 

La boulimie vomitive possède exactement les mêmes symptômes que la boulimie non vomitive. Mais, à cela, s’ajoutent les vomissements. En effet, lorsque la personne va faire une crise de boulimie, après avoir ingurgité une grande quantité de nourriture, elle va se faire vomir.

Pourquoi elle vomit? Et bien parce qu’elle culpabilise énormément d’avoir mangé autant de calories lors de sa crise. Elle culpabilise parce qu’elle a peur de grossir avec toute cette nourriture ingérée. Les vomissements sont donc pour elle un moyen d’éliminer un maximum de calories. Elle croit pouvoir tout supprimer en vomissant, mais il lui arrive parfois de ne pas arriver à tout vomir, voir à très peu éliminer.

Il est plus difficile pour la personne boulimique vomitive de cacher sa crise, car elle n’a toujours accès aux toilettes, surtout si elle est à l’extérieur de chez elle. Et il lui faut également éliminer toute trace qui pourrait faire comprendre à d’autres personnes qu’elle a vomi ou fait une crise de boulimie.

Je tiens à préciser qu’une même personne boulimique peut faire parfois des crises avec vomissements, parfois des crises sans vomissements.

Vous pouvez également lire l’article Quelle est la définition de la boulimie ? pour avoir un peu plus de détails sur la boulimie en général et sur les causes.

boulimie vomitive

 

Les différences psychologiques entre boulimie vomitive et boulimie non vomitive

 

Les différences entre boulimie vomitive et boulimie non vomitive ne sont pas uniquement le fait de vomir ou de ne pas vomir. Je précise d’ailleurs que ce qu’on appelle boulimie non vomitive est lorsqu’une personne utilise des moyens de compensation des calories ingérées autres que les vomissements. Il s’agit par exemple de faire beaucoup de sport, de sauter des repas ou de prendre des laxatifs.

Il existe des différences bien plus profondes liées à la boulimie vomitive. Tout d’abord, la personne boulimique a l’impression de se sentir mieux dans son corps car elle est passé d’un estomac trop rempli, parfois avec la sensation qu’il va exploser, à un estomac vide. Elle a donc l’impression que c’est comme si elle n’avait pas fait de crise de boulimie car son estomac est redevenu comme juste avant la crise. Cependant, cela est parfois trompeur, car elle n’a pas toujours réussi à tout vomir. La sensation d’avoir l’estomac vide dans ce cas est lié à un déshydratation. Peut-être avez-vous remarqué, si vous êtes boulimique vomitive, que vous avez l’impression d’avoir l’estomac vide après avoir vomi, alors que vous n’avez réussi à rejeter surtout de l’eau. La déshydratation de l’estomac allège les aliments et c’est ce qui donne l’impression que l’estomac est vide alors qu’il y a toujours autant d’aliments.

D’ailleurs, nous parvenons à une autre différence entre la boulimie vomitive et la boulimie non vomitive : la déshydratation. Les vomissements favorisent la déshydratation de la personne. Toute l’eau absorbée, et même celle déjà présente dans l’estomac, est alors rejetée. Je vous recommande donc très fortement de boire beaucoup d’eau après les vomissements, afin de compenser cette déshydratation. Je pense même qu’à long terme, à force d’utiliser les vomissements lors des crises, notre corps à tendance à être assez déshydraté. Je ne mettrais pas ma main à couper à ce sujet car je n’ai pas suffisamment de connaissances médicales. Mais, personnellement, j’étais boulimique vomitive auparavant et je sais que je bois 2 à 3 fois plus que la majorité des gens, même aujourd’hui alors que je suis guérie de la boulimie depuis un bon moment. D’ailleurs, à ce sujet, avez-vous aussi le sentiment d’avoir besoin de boire beaucoup plus que les personnes que vous fréquentez? Merci de répondre dans les commentaires ci-dessous.

En parallèle avec la déshydratation, les vomissements entraînent également une perte des minéraux et des vitamines. Ceux-ci proviennent des aliments ingérés lors de la crise, mais aussi des aliments ingérés lors des repas précédents. Comme ces nutriments sont indispensables pour notre organisme, la personne boulimique vomitive peut alors avoir des carences, notamment en magnésium. C’est pour cela qu’il est être bon pour vous de faire une cure de magnésium. Les personnes qui utilisent des laxatifs ont aussi tendance à être déshydratées et à être carencées en nutriments.

Les vomissements ont également tendance à augmenter les crises de boulimie. Pourquoi? Et bien tout d’abord, parce que la personne boulimique a besoin de manger et elle a besoin de vitamines et de minéraux. Il faut savoir que notre corps nous réclame ce dont il a besoin. Par exemple, s’il a besoin de vitamine C, il va nous donner envie de manger des aliments riches en vitamines C. S’il a besoin de lipides, il va nous inciter à manger des aliments riches en graisses. Dès que nous sommes carencés en certains nutriments, il va nous inciter à recommencer à manger. Et comme nous l’avons vu précédemment, les vomissements entraînent une personne à être carencée. Ces carences vont donc l’inciter à manger à nouveau, ce qui va à nouveau favoriser une crise de boulimie, surtout si la personne considère qu’elle ne doit pas manger, que cela ne fait pas partie de ses repas habituels.

Un autre aspect incite la personne boulimique à faire plus de crises à cause des vomissements : c’est la facilité à éliminer les calories. Avec les vomissements, elle va avoir l’impression qu’elle peut manger beaucoup sans grossir. Elle va donc avoir moins peur de grossir à cause des crises que les personnes boulimiques non vomitives, puisqu’elle pense être capable de pouvoir rejeter toutes les calories en quelques minutes. Les crises de boulimie vont donc être plus fréquentes et c’est également une des raisons pour lesquelles la boulimie vomitive est plus fréquente que la boulimie non vomitive.

Un dernier élément que diffère la boulimie vomitive de la boulimie non vomitive est que les vomissements épuisent énormément la personne. Après avoir vomi, elle a généralement le sentiment de n’avoir plus aucune force, plus aucune énergie. Elle a même parfois le sentiment d’être un peu à l’ouest. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles je faisais tout pour ne voir personne après mes crises de boulimie. Car j’avais peur qu’on voit à quel point j’avais le cerveau au ralenti et de la difficulté à me concentrer. Cela est très désagréable. Le manque d’énergie est également présent dans la boulimie non vomitive puisque la digestion de tous les aliments absorbés lors de la crise demande beaucoup d’énergie. Mais il est plus important dans la boulimie vomitive car les carences en nutriments provoquent une baisse de l’énergie et de la concentration.

Pour résumer, les principales différentes entre la boulimie vomitive et la boulimie non vomitive sont une déshydratation, des carences en nutriments et une augmentation des crises. Tout cela impliquent des complications plus importantes et un mal-être plus grand chez la personne boulimique vomitive. Toutefois, ces carences sont aussi un peu présentes si la personne boulimique non vomitive prend des laxatifs.

Nous venons de voir les symptômes de la boulimie vomitive. Si vous souhaitez en savoir plus sur les principales causes de cette boulimie et comment vous en sortir, vous pouvez télécharger mon programme gratuit « les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie ». Je vous y donne des explications, ainsi que des exercices pratiques à faire pour commencer votre guérison. Je vous explique également mon histoire et comment j’ai réussi à me sortir de la boulimie. Si vous souhaitez le recevoir, inscrivez votre prénom et votre email à droite de cet article, dans le formulaire, et je vous l’envoie par mail, pendant 8 jours, chaque jour étant consacré à une idée et une explication.

Je vous soutiens très fortement dans votre guérison car vous le méritez grandement et je sais que vous allez y arriver 🙂

Retour page d’accueil : Accueil

 



Si vous souhaitez me soutenir et m'aider pour continuer ce blog, vous pouvez faire un don en cliquant ci-dessous :


COMMENT GUERIR ENFIN DE LA BOULIMIE ?


Recevez le programme gratuit "les étapes clés de réussite pour guérir de la boulimie (+ mon histoire sur comment j'ai réussi à guérir)


" Merci Magali pour ces beaux cadeaux reçus tous les matins, tu m'as aidé à ouvrir les yeux et à réaliser que la boulimie n'était qu'un symptôme de mon mal être profond ...une révélation...un déclic...un 1er pas vers la guérison!! "  Céline, 21 ans de boulimie

Je déteste les spams et je ne donnerai jamais votre adresse à une tierce personne.  

10 réflexions au sujet de « Qu’est-ce que la BOULIMIE VOMITIVE ? »

  1. alice cosyn dit :

    Oui c’est vrai, je bois énormément et en tous cas beaucoup plus que la majorité des gens… J’ai pris cette habitude là depuis des années notamment lors de ma période d’anorexie. C’est une habitude que j’ai énormément de mal à changer aussi et quelque part ça m’arrange puisqu’on nous recommande de boire beaucoup beaucoup mais d’un autre côté si on mange réellement normalement et qu’on a déjà bonne appétit moi je n’y arriverai plus car il n’y aurait pas suffisamment de place alors c’est pour cette raison que je bois je bois je bois… pour remplir mon estomac! d’autant plus que je suis boulimique non vomitive ce qui fait que je n’éprouve pas la sensation de devoir me vider mais la boulimie non vomitive est un véritable piège aussi, au bout d’un moment on va se lasser des aliments interdits et de la restriction, on va se lasser de boire boire pour se remplir, en fait pour ma part on ne fait que retarder sa crise comme une cocotte minute et qui dit retarder dit bien souvent crises plus importantes! Je suis boulimique vomitive p-e hyperphagique je ne sais pas trop la différence mais de tte façon ça reste un trouble avec bcp de souffrance, j’ai du mal à parfois comprendre ma boulimie car bien souvent on parle de boulimique qui ont recours aux purges ce n’est pas mon cas alors si qqn se “reconnaît” dans ce que je viens de dire merci de bien vouloir “m’éclairer” selon vos moyens.

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      Merci Alice pour ton retour d’expérience.

      En effet, je ne l’ai pas expérimenté personnellement, mais la boulimie non vomitive peut être aussi très difficile à vivre. De toute façon, c’est une souffrance forte, quoiqu’il arrive. Et c’est souffrance est d’autant plus forte si nous la ressentons comme une souffrance. Alors que si nous la ressentons comme un cadeau de la vie qui nous permet d’affronter des difficultés dans la vie, cette souffrance est amoindrie. Ce n’est pas la souffrance physique qui est amoindrie dans ce cas, mais la souffrance mentale. Je t’invite donc à réfléchir à cela, ça pourra t’aider.

      J’espère que tu auras des retours d’autres personnes dans ton cas :-). C’est toujours plus agréable de se sentir entouré par des gens qui nous comprennent.

      Magali

      Répondre
  2. alice cosyn dit :

    *je suis boulimique NON vomitive sorry 😉

    Répondre
  3. Florie dit :

    Bonjour Magali,

    Je viens de lire cet article et je voulais répondre à ta question sur l’envie de boire car cela m’a fait tilt. Pour ma part j’ai tout le temps soif (que ce soit en temps normal ou en temps de crise). Je ne peux pas sortir sans une bouteille d’eau, j’ai besoin de boire quelques gorgées au moins toutes les 1/2 heures. Je me suis toujours demandé comment les autres faisaient pour rester plusieurs heures sans boire… Je n’ai jamais compris pourquoi j’étais comme ça ?! Je précise que je ne me fais pas vomir.

    @ bientôt

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      Bonjour Florie,

      Cette question sort de mes compétences. Mais c’est possible que tu aies tendance à vite te déshydrater. Aussi est-ce vraiment la soif ou bien la peur d’avoir soif qui te donne envie de boire ? J’ai remarqué récemment que je peux très bien me passer de boire dans une situation ou j’ai toujours pensé que j’étais incapable de ne pas boire (exemple lorsque je mange un gateau). Peut-être peux-tu essayer de ne pas boire quand tu penses avoir soif et tu verras comment ton corps réagit par la suite.

      Magali

      Répondre
  4. Paul dit :

    Bonjour,

    Je viens de me séparer de l’amour de ma vie.. elle est boulimique vomitive depuis 15 ans. J’ai vécu quatre ans avec elle et je l’aime à en crever… son mal être est tel qu’elle a préféré garder sa vie d’avant plutôt que d’avancer avec moi … quand on s’est séparé, elle m’a dit qu’elle n’arrêterai jamais.. il n’y a aucun espoir.. je sais même pas pourquoi je laisse ce commentaire ici.. sûrement pour lâcher mon désespoir. Elle fait deux “rituels par jour” un a 4h du matin, un en rentrant du travail a 18h.. Lorsqu’elle rentrais a 18h et que j’étais a la maison, j’était obligé d’aller a la chambre et lui laisser la place pour qu’elle puisse manger a la salle a manger.. J’ai tout fait pour essayer de l’en sortir, mais rien n’a marché. Elle ingurgitait une grosse quantité de pâtes ainsi que de grosses cuillères de beurre, ensuite elle mangeait une barquette de bâtonnets de crabe surimi et de la soupe. J’ai souvent pleuré dans la chambre alors que je l’entendait vomir dans les toilettes… je vivais sa souffrance.. mais elle ne l’a jamais vu… je l’aimais tant… pourtant moi même, j’ai mes gros défauts et de mauvaises habitudes comme fumer du cannabis a l’époque où on étaient ensemble car j’avais du mal a supporter son quotidien.. mais malgré ça, je l’aimais à en crever.. j’ai depuis arrêté de fumer car je me détruisais aussi.. et le cercle vicieux de nos deux gros défauts respectifs ont mené au déclin de notre couple.. Cette maladie est la pire saloperie malsaine que j’ai jamais vu de ma vie… pourtant, des choses malsaines, j’en ai vu.. le comportement addictif a ce fameux rituel du soir et du matin est comparable à un drogué qui pense qu’à son heroine toute la journée.. Lorsque je parlais de ses problèmes alimentaires, parfois je me cachait en prenant cela comme excuse pour cacher les miens, j’ai ma grosse part de responsabilité dans notre séparation, mais quand même.. cela a bien pourri notre belle histoire car au départ et pendant longtemps nous étions très amoureux.. maintenant je l’ai perdu.. malgré tout elle continue, en ayant de grosses fatigues, un manque de potassium, un coeur fatigué a tout juste 37 ans. Je laisse ce témoignage ici car je ne sais pas de quoi sera fait pour moi le lendemain car depuis notre séparation, je suis très malheureux, dépressif, et je dois voir un psychanalyste demain avant de faire de grosses bêtises.. Tout ça pour dire aux malades qui souffrent de cette maladie et qui lisent peut être ces lignes et qui sont en couple, qui aiment leurs partenaires, faites un effort de compréhension, et arrêtez de vous infliger cette souffrance, respectez vous, aimez votre personne, quoi que vous ayez fait dans le passé… car lorsque la limite sera franchie, il n’y aura pas d’issue de secours… vous courrez tout droit à la mort… j’espère avoir choqué quelques lecteurs qui se retrouveront dans ces lignes et prendront conscience du mal qu’ils s’infligent et infligent à leurs conjoints bien aimants..

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      Paul,

      merci pour ton retour en tant que personne qui a vécu dans l’entourage d’une personne boulimique.

      Oui, comme tu le dis, la boulimie (ou d’autres addictions) peuvent détruire un couple, créer de gros problèmes dans le couple. J’ai moi-même eu des complications dans mes anciennes relations à cause de ces crises. Mais je dirais que les crises ne sont pas le problème en lui -même dans le couple. Ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Le problème est la souffrance de la personne qui a ces troubles et le rapport avec l’autre. Avec ou sans crises de boulimie, ton ex copine serait tout autant dans la souffrance.

      Je comprends que ce soit dur pour toi, mais c’est aussi à toi d’apprendre à ne pas prendre les problèmes des autres pour les tiens, à faire preuve d’empathie sans absorber les émotions des autres. Et cela demande d’apprendre à être de mieux en mieux avec toi-même.

      Je te souhaite une meilleure continuation et une relation plus facile à vivre par la suite 🙂

      Magali

      Répondre
  5. Louvetz dit :

    bonjour 

    Ma mere est  sombrer dans la boulimie vomitive je ne savais pas que c’était sa 2 a 3 fois par jour elle va a la salle DZ bain et se fais vomir je ne c’est pas pourquoi elle pèse 1 kg de plus que moi pour son âge c’est pas se qui est conseille répondez moi svp je sais pas comment aborder le sujet avec elle de peur quelle s’énerve ou se vexe merci

    Répondre
    • Magali Le Roux dit :

      C’est difficile pour moi de te répondre car ça peut être délicat d’en parler à une personne qui n’en parle pas.

      L’idéal est que ce soit elle-même qui choisisse d’en parler. Après, si tu ressens l’envie de lui en parler, tu peux lui expliquer que tu as remarqué qu’elle avait des crises. Et précise bien que tu n’es pas là pour la juger, mais que si tu peux l’aider, tu le ferais avec grand plaisir. Car cela peut être très dur pour elle de savoir que tu l’as “démasquée”. Donc en la rassurant, en étant bienveillante avec elle et en lui proposant ton aide, cela l’aidera probablement à se sentir plus soutenu et à mieux accepter le fait que tu sois au courant. Après, je pense que le mieux est que tu ne cherches pas à en savoir beaucoup plus. Propose lui de t’en parler si elle en ressent le besoin et tu peux lui donner l’url de ce blog en lui disant que ça pourra sûrement l’aider. Et laisse là ensuite te parler si elle en ressent le besoin. Mais le mieux est de ne pas la forcer, de la laisser venir si elle en ressent le besoin.

      C’est mon opinion, ce que je te conseille 🙂

      En tout cas, je sais que ça peut être dur à vivre pour toi, mais cela ne doit pas te rendre malheureuse pour autant. Sois bienveillante avec elle, c’est ce dont elle a probablement le plus besoin.

      Magali

      Répondre
  6. Catherine dit :

    Merci de m’envoyer votre programme svp … merci bcp.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Sortir de la Boulimie - Tous droits réservés